Mélenchon candidat à Hénin-Beaumont : un égo trop loin ? 42

Par RichardTrois

Colère de Zeus. Vers un combat homérique, vraiment ? – © Razak

Alexis Corbière, pilier du Parti de Gauche vient d’annoncer sur RTL que Jean-Luc Mélenchon sera bien candidat à l’élection législative à Hénin-Beaumont, la circonscription dans laquelle Marine Le Pen s’est implantée et se présente aussi.

Jean-Luc Mélenchon y va pour obtenir sa bataille homérique comme il l’explique dès hier  dans une déclaration qui laisse songeur. « Ca va être une bataille homérique en quelque sorte avec une symbolique extrêmement puissante puisque c’est le berceau du mouvement ouvrier français et que c’est en même temps l’endroit où Mme Le Pen, par bravade, a décidé d’aller s’installer » a-t-il ainsi indiqué à France Inter.
Bravade le mot est curieusement lancé par l’ex-candidat à la présidentielle lui-même. Mélenchon l’emploie à propos de Marine Le Pen mais il vaut d’abord pour lui-même. Bravade. Courage. Jean-Luc Mélenchon ne part pas pour une campagne facile. Elle est loin d’être gagnée d’avance pour lui, comme pour toute la gauche.

Homérique aussi. Jean-Luc Mélenchon se vit donc comme un titan qui veut en défaire un autre, en jupon et nommé Marine Le Pen, dans un « combat homérique », Front contre Front comme le fut sa campagne présidentielle. C’est certain, le voilà donc à nouveau en haut de l’affiche. Tout les projecteurs des médias à nouveau braqués sur lui et … donc sur elle. Marine Le Pen aura ainsi tout loisir de profiter des lumières que lui apporte sur un plateau Mélenchon son meilleur ennemi.

Si l’on parie sur la raison, sur la vision politique à long terme de Jean-Luc Mélenchon, on peut penser qu’il vise ainsi à construire sa légende, son histoire. Qu’il gagne ou qu’il perde à Hénin-Beaumont, il resterait alors celui qui a affronté le monstre, la fille du cyclope, l’extrême-droite qui peu à peu affirme son emprise politique et idéologique sur la droite. Bref, un combat comme une nouvelle pierre dans la construction d’un destin présidentiel.

Mais celui que l’on voyait pendant la présidentielle en haut de l’affiche, en troisième homme incontournable, celui qui s’était donné comme objectif de défaire Marine Le Pen, la « semi-démente » et qui a vu son ascension stoppée nette par cette dernière cherche sans doute à laver l’affront. Eric Coquerel, le conseiller de Jean-Luc Mélenchon a beau théoriser la décision prise ce matin, elle n’est pas si rationnelle qu’il veut bien le dire :

«C’est une bataille importante car c’est une bataille de fond: est-ce que la solution c’est un repli ethnique comme le proposent le FN et une partie de la droite? Ou est-ce que la vraie question centrale est la question sociale? ».

Jean-Luc Mélenchon écoute plus surement son égo, sa blessure narcissique qui lui dicte d’affronter à nouveau Marine Le Pen. Au point de la mettre encore sous le feu des projecteurs et peut être d’en faire la victime d’un acharnement. Est-ce vraiment ainsi que l’on gagne la bataille des idées ?
On peut en douter.

Jean-Luc Mélenchon à Paris, Porte de Versailles - © Razak

Jean-Luc Mélenchon à Paris, Porte de Versailles – © Razak



A Lire sur le sujet :

Le Courage calculé de Mélenchon par Seb Musset

– Mélenchon face à Le Pen : qu’irait-il faire dans cette galère ? par Gérald Andrieu sur Marianne2.fr


A Lire Aussi :

Pitoyable UMP par Dante

– Hollande ou la force des symboles par Saint-Simon

– François Hollande : le secret du choix de son premier ministre par RichardTrois

– Présidentielle : Choisissez la meilleure Une du Figaro ! par Ze Rédac

– Comment Marine Le Pen entend dépecer l’UMP par Belle-Amie

– Nicolas Sarkozy réussit son échec par RichardTrois


Photos :  © Razak

42 Commentaires

  1. Il faut faire quoi alors ? Laisser le Fhaine s’implanter partout et dans 5 ans pousser de grands cris parce qu’elle fera 30% ?? Croire que par magie elle va s’évaporer ? C’est en restant sur un banc qu’on va remettre le Fhaine à sa place ? En étant aussi con que le PS et EELV qui vont se maintenir comme si le danger était ailleurs ??

    Tu m’as un peu agacée mon ami @RichardTrois. Je te bise quand même mais je ne comprend pas bien ;-))

    • J’aimerais bien que le combat qui vient soit celui de la lutte contre les idées du FHaine. Je l’espère même.
      Je soupçonne cependant qu’il ne reste de ce face-à-face qu’une bataille de personnes ultra-médiatisée. Ce que Jean-Luc a essayé de déminer dès en conférence de presse.
      Pour moi, la leçon de la présidentielle c’est que l’on combat pas Le Pen dans l’invective et le combat d’égo mais dans la pédagogie, ce que Mélenchon a très bien fait et dans les réponses que l’on donne aux problèmes posés.
      Un exemple cette semaine, on a peu entendu de monde réellement monter au créneau sur la polémique des drapeaux.
      Une occasion perdue.

      • Mais dis-moi mon topain qui a-t-on vu sur toutes les chaînes commenter la victoire de leur candidat ? C’était bien le PS ;-) C’était difficile de briser cette connerie de polémique sur les drapeaux ? Ils avaient les photos et les films. C’était pas le moment d’utiliser leurs « éléments de langage », tous ensembles ? Ben si c’était super facile et, comme tu l’as remarqué, personne ne l’a fait. Faut dire que se distribuer les ministères c’était vachement plus important…
        Il me semble que le PS considère que le FN n’est un danger que pour la droite. Les idées nauséabondes ne sont que secondaires. S’ils étaient sur un combat d’idées, ben je pense que j’aurais voté pour Hollande au 1er tour ;-)
        Et comme le disait je-ne-me-souviens-plus-qui sur twitter, on en a bien trouvé pour s’émouvoir de présenter un candidat face à Bayrou. Et ça, pour moi, ça a du sens. Et ça va pas m’aider pour gagner ma confiance…

      • Tout à fait d’accord. Mais apparemment distribuer les circonscriptions c’était tout aussi important au FdG.
        Et tu te méprends en me répondant comme si j’étais l’avocat du PS.
        En l’occurrence, il fait une grosse erreur, en présentant un candidat contre Mélenchon.

    • ça va plus loin, Richardtrois reprend les arguments de la droite contre Mélanchon… ça ne m’agace pas, ça me hérisse le poil… dans mon coin, l’Isère, sympathisante du PS parce que militante d’un mouvement qui a appelé à voter Mitterrand en 81, puis Ségolène en 2007 (j’ai même payé ma coti, fort cher pour une petite retraitée comme moi) je viens de protester, après le 1er tour le PS se félicitait d’avoir battu Mélanchon dans le coin, mais pas un mot sur la montée du FN …et pourtant, un patelin à 52% FN ça fait froid dans le dos, non? des riches, d’accord, personne en parle !!! la France qui souffre, mon oeil!!!depuis j’ai l’impression d’être rayée des listes de ceux qui méritent d’être tenus au courant de ce qui se passe!!!

  2. Ben faut bien que quelq’un combatte vraiment le FN et que l’on arrête de faire de la lèche à le Pen et compagnie….suis juste désolé de ne pouvoir voter à Hénin Beaumont, lol

  3. Pas d’accord.
    Mélenchon, peut-être pour de mauvaises raisons mais qu’importe…, va essayer de ramener à la gauche des électeurs égarés à l’extrême droite. Où est le mal ?
    Si le PS est trop « institutionnalisé » pour attirer la classe ouvrière qui se noie, je préfère mille fois que ce soit un Mélenchon qui la fédère, plutôt que les fachos. Lui peut ouvrir des perspectives, peser sur le PS, ramener au bercail les déçus des « partis de gouvernement ». Ce faisant, il complète utilement l’« offre » de la gauche.

    • Oui, le PS est souvent coupé des milieux ouvriers et populaires. Mais sur ce terrain là, Jean-Luc Mélenchon n’a pas fait mieux. Marine Le Pen l’a devancé en faisant une campagne qui fut moins médiatisée, plus souterraine.
      Les feux des projecteurs ne sont pas la panacée pour vaincre le FN. C’est sur le terrain des idées qu’il faut combattre.

      S’il JLM réussit, il aura fait un grand bon en avant. J’ai un doute au regard de la présidentielle. Je l’exprime.

      • Souvent? Il l’est totalement à part peut-etre et je dis bien peut-être Ségolene Royal, non mais Hollande qui se rappel en fin de campagne que les quartiers populaires ça existe… mais bon pas étonnant terra Nova le Think Tank de la gauche molle a théorisé le fait que le PS devait désormais se passer de son électorat ouvrier

  4. Je pense que vous faite erreur, le FN il faut le combattre. Je ne sais pas si JLM le fait par orgueuil, et je ne le crois pas (selon la candidate de EELV ds la même circonscription il y aurait eu prealablement un sondage pour le FDG – donc … ), mais je crois que c’est seulement en combattant le FN qu’on peut montrer son vrai visage !

    • Il ne s’agit pas d’esquiver le combat avec le FN. Il s’agit d’adopter la meilleure manière de le combattre. Et Mélenchon a marqué des points à chaque fois qu’il a fait de la pédagogie, qu’il a formulé ses propositions. Pas quand il est allé dans l’attaque frontale voire dans l’invective.

      • Je vais vous dire ce qui est immoral : associer l’immigration et une société multiculturelle avec le néolibéralisme. Et je vais vous dire que c’est inefficace : parce que ça ne fait que repousser le moment où le système néolibéral s’écrase. Et à ce moment là, il faut bien qu’il y a des gens comme Mélenchon qui se sont battus pour combattre le fantasme selon lequel le problème avec le système néolibéral est l’immigration ou « l’autre », pour qu’on puisse vivre un lendemain meilleur.

        En somme, le mieux placé pour battre Le Pen est quelqu’un qui est contre le néoliberalisme, de gauche; il s’agit de Mélenchon.

  5. Pour la première fois, je ne suis pas d’accord avec toi…
    Je pense pour ma part, que Marine Le Pen est présente dans l’hémicycle de par sa notoriété, rien de plus.
    Lui voir opposer quelqu’un d’aussi « célèbre » que Jean-Luc Melenchon va devoir déplacer le débat sur le terrain des idées et une fois de plus mettre à mal sa position de candidate du peuple. Car enfin, elle a un bilan elle aussi ! C dernières années les députés FN ont il voté contre les réformes Sarkozy impopulaires? On peut compter sur JLuc Melenchon pour démontrer par A

    • Cela se défend. Ce qui se défend aussi c’est qu’en se présentant face à Le Pen, il sur-multiplie son exposition comme celle de Marine Le Pen. Espérons qu’il le fasse avec des idées qui feront la différence.

      • Il fait d ela politique, vous faits quoi vous au PS pour empêcher Marine Le Pen de prendre en bastion du monde ouvrier, le fait que ça ne chagrine personne dans ce parti de Bobo bien pensant en dit long sur ce qu’il est devenu

  6. J’ai l’impression que ça chagrine beaucoup de beau monde cette candidature! Le FN est en rage, les Verts par la voix de Placé en disent tout le mal possible et ce site Hollandophile commence à écrire ce qui sera la ligne socialiste dans les semaines à venir : un problème d’égo chez Mélenchon. En gros à peu près la même chose que ce qu’en dira le FN, mais aussi Le NouvelObs, Libé, Le Monde et Cie.
    J’ai beau savoir que le Parti Socialiste aimerait bien avoir l’image-rempart du FN pour faire avaler sa prochaine politique de rigueur (mais « avec du sens »!), le voir plus lutter contre Mélenchon que Marine Le Pen, j’ai quand même de la peine à m’y faire.

  7. Ping : La polémique des drapeaux ou la fin de la droite républicaine « Ze Rédac

  8. la gauche molle est bien au pouvoir! Que Mélenchon ait un égo surdimensionné c’est un fait mais qui n’en a pas, oui même le faux gentil Hollande en a… Non selon la gauche laissons Marine Le Pen prendre symboliquement pied en terre ouvriere vu que la coalition PS peut se passer des ouvriers et des classe spopulaires comme le théorise si bien Terra Nova le Think Tank de la goche molle!

  9. @Ivan Le PS est tout sauf un rempart contre le FN, son existence a toujours arrangé ses calculs hier comme aujourd’hui le PS va cyniquement se servir de la présence du FN pour se construire une majorité à l’AN et se faire constamment déborder par un Mélenchon qui propose une offre politique concurrente de la sienne, ça fait mal donc on diabolise Mélenchon. le PS ferai mieux de retirer sa candidature dans cette circonscription là!

    • A la relecture, ma phrase est ambigüe, et @exfromtheleft l’interprète dans le sens inverse de ce que je veux exprimer.
      Je précise donc que c’est le FN qui est l’image-rempart et qui servira au PS pour nous refiler son « sens à la rigueur ».
      Je vois que Martine Aubry, trouve à redire à la candidature Mélenchon avec des arguments qui laissent pantois, surtout de la part de quelqu’un qui fut naguère parachuté dans un fauteuil tout chaud à Lille, ce qui est loin d’être le cas de Mélenchon à Hénin-Beaumont, où il a fait moins de voix qu’Hollande ou que Marine Le Pen sur la circonscription.
      Donc oui, le PS est tout sauf un rempart contre le FN, je dirais même qu’il s’en accomode fort bien.
      Quant au retrait de la candidature socialiste, je n’en vois pas l’intéret. Le mieux est que JL Mélenchon et les militants locaux du FdG convainquent les électeurs à voter pour lui dès le premier tour : un vote vraiment utile en quelque sorte!

  10. Richard trois je suis très d’accord avec votre façon de voir les choses, très courageuse et lucide à mon point de vue. C’est difficile en ce moment de faire entendre un certain nombre de choses tant l’engouement autour de JLM, pour une part bien compréhensible, est fort.Ce duel, cet affrontement un peu « western », n’est pas dénué de beaucoup de tactique et de leurre et de … danger possible. Je ne le souhaite pas. Il y a beaucoup d’autres façons de se battre contre les idées du FN, et il n’est pas le seul qui se fasse du souci pour ça. Le Parlement Européen ça ne serait pas aussi la bonne place? Pas assez médiatique? Ne pas mettre les projecteurs sur le FN svp…

  11. La composition du futur gouvernement en dira long sur le déroulement du prochain quinquennat.
    La solution, chers amis, est celle-ci : Hollande doit s’affranchir du PS et surtout, dirais-je, de la jospinie hégémonique.
    Que faisait Jospin à la cérémonie du 8 mai ? Si Hollande persiste dans cette voie, sûr que Hollande va éjecter en 2017 !

  12. À c’est sure, pour cette élection, pas moyen de perturber le débat en faisant appel au vote utile, surtout que si par malheur pour certains J-L. Mélenchon était élu, il pourrait se rendre compte et voir de plus près, comment certaines fédérations du PS, Nord/Pas-de-Calais, avait pour habitude de gérer les affaires, communales, régionales, qu’il s’agisse de distributions de logements, d’allocations, de subventions, voire même de sous- marinage dans le fonctionnement des associations, etc., etc.!!

  13. Richard trois je suis très d’accord avec votre façon de voir les choses, très courageuse et lucide à mon point de vue. C’est difficile en ce moment de faire entendre un certain nombre de choses tant l’engouement autour de JLM, pour une part bien compréhensible, est fort.Ce duel, cet affrontement un peu “western”, n’est pas dénué de beaucoup de tactique et de leurre et de … danger possible. Je ne le souhaite pas. Il y a beaucoup d’autres façons de se battre contre les idées du FN, et il n’est pas le seul qui se fasse du souci pour ça. Le Parlement Européen ça ne serait pas aussi la bonne place? Pas assez médiatique? Ne pas mettre les projecteurs sur le FN svp…je développe aussi ici : http://evah5.fr/le-vainqueur-la-semeuse-et-zorro/

  14. Ping : Le triste et sombre spectacle de la droite « Ze Rédac

  15. Apparemment hasardeux pour lui-même et pour la Gauche, le choix de JLM d’aller à la bataille législative dans le Hénin. Mais puisqu’il en est ainsi, aidons-le. La nécessité politique et électorale situe JLM dans le camp de la majorité présidentielle FH. Saura-t-il s’affirmer pro-Hollande sans se renier? C’est à cette condition qu’il pourra réussir, ce que je souhaite. Il ne s’agit pas de rejouer le match de la présidentielle, ni de faire une synthèse de congrès avec de la rancœur. Ni pour les uns de régler des comptes avec les autres. Il s’agit de faire un compromis dynamique à gauche. Pour Avancer. C’est possible. Le Vote utile face à la DroiteSarkozyste et son allié idéologique, désormais affiché, LePen.

    • Marine Le Pen représente en quelque sorte l’indignité encouragée par le néolibéralisme, l’idée que tous les coups sont permis, cette culture malsaine qui s’est imposée dans la société avec la bienveillance de l’élite, alors que Mélenchon représente en quelque sorte un effort de faire revenir la dignité et l’intégrité dans la société et la démocratie représentative. Donc une défaite de Le Pen serait non seulement une défaite pour le FN, mais aussi plus ou moins pour des partis comme l’UMP, le PS, le Modem et l’EELV où cette culture cynique apocalyptique s’est installée.

  16. Il est essentiel de ne rien faire qui vienne obérer les actions politiques de FH. Il a une lourde tâche dans une période fragile, explosive, tendancieuse, crispée sur des certitudes politiques ici et là, des raidissements coupables. Pour cela, dans le débat démocratique légitime bien sûr, la gauche, les gauches, doivent rester unies. La victoire de FH est nette. Elle est cependant à mettre en perspective avec le score hélas inquiétant de NS sur une ligne en permanence « Buisson ».
    Car c’est cela le point d’ombre! La tache, sur notre vie commune, notre destin partagé. Prendre acte de l’état maladif de la France, depuis longtemps, si longtemps. Peur imaginaire de l’autre, exclusion, rejet. Insupportable. Tous ces gens révoltés certes, souffrants certes, mais pourtant « rétrécis », crispés sur leur trognon identitaire comme seule solution à leur haine de l’autre, qui bien sûr est alimentée par des faits réels, mais qui dit ce qui va au-delà dans l’excitation fantasmatique. Il faut prendre cela en considération sérieusement, cette haine. Contre cela, il n’y pas de Sauveur, de « Grand Zorro » qui serait le seul à savoir et à vouloir se battre contre les idées du FN. C’est à chacun de nous qu’il incombe aussi de s’y opposer.
    JLM ce matin à FR. Inter a développé une logique assez ahurissante: si tu n’es pas d’accord avec moi, alors c’est que tu es d’accord avec Le Pen! Tous les autres contre lui! Avec moi ou contre moi! Désolée, mais pour moi les insultes, les injonctions, les admonestations, ce n’est pas une vision politique, ni non plus le smic à 1700€. D’autres idées bien sûr sont riches mais je les retrouve dans les engagements de FH, si on lui laisse la possibilité de les mettre en route…Car l’attitude de JLM n’est pas très collaborante, c’est le moins qu’on puisse dire.
    Libé de ce jour: JLM: « face au FN je dois monter sur la barricade » pour mener « la bataille » à « son paroxisme »! Son paroxisme! SI ce n’est pas de la mise en scène ! Désolée je n’aime pas cette posture.

    • Vous vous n’appelez pas Eva Hollande par hasard ? En tout cas, Mélenchon veut rompre avec un style télévisuel aseptisé qui tue la démocratie, tout le contraire de la posture d’Hollande. Le Pen représente en quelque sorte l’indignité encouragée par le néolibéralisme, l’idée que tous les coups sont permis, cette culture malsaine qui s’est imposée dans la société avec la bienveillance de l’élite, alors que Mélenchon représente en quelque sorte un effort de faire revenir la dignité et l’intégrité dans la société et la démocratie représentative. Donc une défaite de Le Pen serait non seulement une défaite pour le FN, mais aussi plus ou moins pour des partis comme l’UMP, le PS, le Modem et l’EELV où cette culture cynique apocalyptique s’est installée.

  17. Il ne s’agit pas d’ « aimer — ou de ne pas aimer — cette posture ».
    Si Le Pen y va seule, elle risque de gagner, ne serait-ce qu’une bataille psychologique du style: « Le FN seul ose l’ouvrir contre L’UMPS. Marine est courageuse et le peuple la suit », contre un candidat PS inconnu du grand public. J’entends déjà MLP: « Ils — le PS — n’ose même envoyer un cador contre moi; ils ont peur et/ou n’ont rien à dire au peuple de France, s’adressent seulement aux bobos, etc. »
    Avec Mélenchon en face, il y a au moins bataille, entre deux « grandes gueules » peut-être, mais aussi deux figures connues à l’échelle du pays. Je ne vois pas en quoi le fait que JLM y aille risque d’affaiblir FH. Il y va pour donner des coups et il risque (honneur à lui) d’en recevoir. Cela signifie qu’il y a au moins un candidat de gauche connu pour montrer l’exemple. S’il réussit, MLP aura perdu son aura d’inévitabilité. S’il perd, c’est pour sa pomme.
    Le PS est en position de compter les points; il n’a pas à soutenir JLM et rien ne l’empêche de faire remarquer mezzo voce que le programme de JLM, quelque sympathique qu’il soit, manque de réalisme, contrairement à celui de FH, vrai homme d’État, lui…
    En bref, tout ce que le PS a à faire dans ce contexte, c’est : rien.

    • La démocratie ce n’est pas un style télévisuel aseptisé. Mélenchon a compris cela et en tire les leçons.

      Quand à la mafia PS, on voit déjà qu’elle fait tout pour écraser le Front de Gauche comme elle a écrasé EELV.

  18. Le Pen représente en quelque sorte l’indignité encouragée par le néolibéralisme, l’idée que tous les coups sont permis, cette culture malsaine qui s’est imposée dans la société avec la bienveillance de l’élite, alors que Mélenchon représente en quelque sorte un effort de faire revenir la dignité et l’intégrité dans la société et la démocratie représentative. Donc une défaite de Le Pen serait non seulement une défaite pour le FN, mais aussi plus ou moins pour des partis comme l’UMP, le PS, le Modem et l’EELV où cette culture cynique apocalyptique s’est installée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s