Hollande large vainqueur, Sarkozy proche du KO 13

Par Renaudot

Débat Hollande Sarkozy - Capture 20 Minutes

« Je vais l’exploser » ne cessait de plastronner Nicolas Sarkozy en parlant de François Hollande à l’occasion du débat. Méthode Coué pour s’auto-persuader ou pour redonner confiance à ses supporteurs ? Peu importe.

L’émission de près de trois heures s’est révélée être un véritable calvaire pour le président sortant, avec quatre stations – correspondant aux quatre thèmes de débat – au lieu de quatorze étapes. Mais c’était bien assez si l’on en juge le visage de Nicolas Sarkozy, qui palissait au fur et à mesure que le temps passait.

Face à face le candidat de la gauche, calme, posé, incisif, et le candidat de la droite agité, parfois agressif, embrouillé, bégayant à de nombreuses reprises, au dynamisme déclinant au fur et à mesure.

Un débat à front renversé. Nicolas Sarkozy devait « débusquer » son concurrent, mettre en évidence ses nombreux flous, mensonges, incohérences et revirements. Nicolas Sarkozy devait montrer que le caractère « mou » de François Hollande n’était pas taillé pour le job de président.

Durant tout le débat, c’est l’inverse qui s’est produit. Tout au long de l’émission, François Hollande n’a cessé de mettre en évidence les changements d’avis de Nicolas Sarkozy – sur l’Afghanistan, le voile islamique des jeunes filles à l’école, le vote des étrangers aux élections municipales, etc. –, ses mensonges – la liste est trop longue pour que nous pussions nous y attarder – et surtout ses échecs alors que Nicolas Sarkozy n’a cessé de tenter de fuir son bilan. C’est d’ailleurs l’une des grandes réussites du candidat de la gauche durant ce débat : avoir réussi à mettre Nicolas Sarkozy face à son bilan de président et rendre impossible toute échappatoire.

Loin d’être « mou », François Hollande a imposé son autorité au fur et à mesure dans le débat, mettant Nicolas Sarkozy sous l’éteignoir, alternant critiques de son adversaire et propositions : respectueux de son adversaire mais sachant le couper et le rappeler à l’ordre lorsqu’il dépassait les bornes de la mauvaise foi, montrant une hauteur de vue sur tous les sujets, un grand sens des responsabilités et la fermeté attendue de la part d’un chef de l’Etat sur les grands sujets qui intéressent les Français. Par exemple sur la question du droit de vote des étrangers sur laquelle il a été d’une grande clarté comme François Mitterrand l’avait été en 1981 sur la peine de mort.

A ces qualités que certains ont peut-être découvert ce soir, François Hollande a confirmé ce qu’on attendait : une compétence hors du commun, une connaissance des chiffres et des décisions prises supérieure au président sortant.

La preuve est ainsi apportée que François Hollande a toutes les qualités pour présider la France. Nicolas Sarkozy avait besoin, pour remonter son retard, de « débusquer » aux yeux des Français son concurrent. Il ressort du débat à la limite du KO, sous les yeux des Français.


A Lire Aussi :

– Longuet qualifie Le Pen « d’interlocuteur » : tactique ou maladresse ? par Hemingway

– Défilé du 1er Mai : le rouge et le tricolore ensemble contre Sarkozy par RichardTrois

– Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy : Regardez ce que vous avez fait de la France Monsieur le Président par Ze Rédac

– Les frontières et l’intégration ou l’imposture de Nicolas Sarkozy par RichardTrois

– Front syndical contre Sarkozy par Hemingway

– Et soudain, à Bercy, François Hollande fendit l’armure par Saint-Simon

13 Commentaires

  1. Ping : Débat : le meilleur indicateur de la victoire de Hollande sur Sarkozy se trouve à droite « Ze Rédac

  2. Je ne suis pas « hollandiste » mais je dois avouer que FH a été très bon hier alors que Sarkozy est apparu comme un pantin en voie de désarticulation, terminant le « débat » avec le visage verdâtre..Et le petit vantard n’a rien « explosé » du tout . On peut même dire qu’il s’est fait ratatiner.

  3. Ne crions pas trop vite victoire. Je craindrai l’éventuelle réélection de Sarkozy jusqu’au bout de cette campagne présidentielle. La France vit actuellement un syndrome de Stockholm de grande envergure, à voir le nombre de personnes qui, à leur corps défendant, appellent de leurs voeux un Président tant décrié depuis cinq ans. Un regard sur quelques sites fréquentés (msn, yahoo) vous donnera une idée de cette France non pas “libre”, mais “otage constentante” à laquelle je fais référence.

  4. J’étais sans parti pris;) j’ai trouvé Monsieur Hollande pathétique et ridicule avec sa psalmodie « si je suis président »..(il veut en plus nous faire croire que cela lui est venu comme ça, que cela n’était pas préparé!! inouï ) .. quel programme de gouvernance ! quel fat! je, je, je moi…. quel égotique! de plus, il coupait sans cesse la aprole, il a même baillé ..il suait ..avait il peur ou mentait il? il avait les bras croisés..mauvais signe en communication lorsqu’on se dit président de l’ouverture…il était arrogant ..je me psoe une question: il ne nommera eprsonne, ne prendra des décisions que consensuelles..etc grâce à l’approbation de 2/3 des chambres.. et s’il ne l’a aps? il ne fait rien? et bien, le changement, ce n’est pas pour demain!!! en plus avec les Aubry, les fabius et consorts..cela fait un peu du réchauffé! rien de bien nouveau!!!

    • Quand on se positionne en faveur du clan des dominants et de l’ordre en place, on s’attache à s’exprimer avec une belle langue française, posée et nuancée, on se relit et on évite cette orthographe que l’on reproche aux « racailles » comme votre chef les appelle.

  5. Moi j’étais totalement de parti pris anti Sarkozy. Avec quelques réserves sur le vote Hollande. Mais il m’a suffit d’entendre les discours du sortant pour conforter ma décision: dégage!
    Quant à Hollande, il a très bien joué pour que son adversaire se disqualifie.
    Mais j’attends toujours une politique sociale vigoureuse, avec augmentation des salaires et non pas juste la bourse de rentrée scolaire.
    Les réserves sont toujours là.

  6. Ping : Bayrou, l’Humain d’abord « Ze Rédac

  7. Ping : Sarkozy : fin d’une campagne de tous les dangers « Ze Rédac

  8. Ping : L’isolement historique de Nicolas Sarkozy « Ze Rédac

  9. Ping : Fin de campagne de Sarkozy : la liberté de la presse en cause « Ze Rédac

  10. Ping : Libres et heureux « Ze Rédac

  11. Ping : “Clichés de Campagne” s’expose dans la vraie vie « Ze Rédac

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s