Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy : Regardez ce que vous avez fait de la France Monsieur le Président 16

Par Ze Rédac

Nicolas Sarkozy au Trocadéro - cc UMP Photos

Nicolas Sarkozy au Trocadéro - cc UMP Photos

Nous pourrions, Monsieur le Président, vous accuser d’avoir laissé, après cinq années de mandat, la France en ruine : 600 milliards d’euros de dette supplémentaires, 36 milliards de déficit commercial et 9 milliards d’euros de déficit de la sécu en plus, 350 000 emplois industriels perdus, 1 000 000 de chômeurs de plus, plus de 300 000 pauvres supplémentaires, plus de 20% d’augmentation des violences sur les personnes.

Avec un tel bilan, alors que vous aviez érigé en 2007 et durant les années précédentes, la politique du résultat en dogme indépassable de la morale politique, vous n’auriez pas dû vous représenter. Cela n’aurait pas effacé vos piètres résultats mais vous auriez gagné, aux yeux des Français, en décence.

Mais après tout, nous sommes en démocratie et chacun a le droit d’être candidat à une élection. Il appartiendra aux électeurs de juger et de dire s’ils veulent continuer pendant encore cinq ans avec vous à la tête du pays.

Malheureusement, votre bilan ne s’arrête pas à ces statistiques qui ne sont que le reflet froid du malheur semé.

Regardez, Monsieur le Président, regardez ne serait-ce qu’un instant avec les yeux de votre jeunesse, ceux d’avant le début de votre carrière politique qui a petit à petit substitué en vous le cynisme de l’ambition personnelle à l’idéalisme gaullien qui plaçait l’unité du pays au-dessus de tout, regardez en ce 1er mai 2012 dans quel état de division vous laissez la France après seulement cinq années d’exercice du pouvoir.

Paris, capitale de la France. Trois cortèges ou rassemblements, en opposition les uns les autres, en détestation les uns des autres,  comme symboles d’une République qui ne paraît plus, en ce jour, indivisible.

Le cortège syndical de Bastille à Nation est inscrit dans les gènes sociaux de la France, une tradition dont on a le sentiment qu’elle ne s’éteindra jamais. Connaissant un succès irrégulier, le défilé a parfois été, comme en 2002, l’expression incroyablement forte de l’attachement des Français aux valeurs de la République avec comme conséquence l’appel au vote pour le candidat de votre camp.

Plus souvent, le 1er mai s’est déroulé dans l’indifférence quasi-générale, y compris la vôtre nous en sommes certains. Peut-être y voyiez-vous une sorte de folklore certes un peu ridicule mais en tous cas ne menaçant en rien vos propres valeurs. Même le 1er mai 2007 n’avait pas donné lieu à des commentaires particuliers de votre part.

Tout cela était bien inoffensif pour la République et pour la valeur travail, convenez-en.

Cinq après votre élection, changement complet de décor. Vous avez tellement brutalisé, humilié, méprisé les syndicats qu’ils en sont venus à briser leur tradition de neutralité politique (voir le papier d’Hemingway Front syndical contre Sarkozy). Pour de pures raisons électorales, vous avez vous-même prononcé la déclaration de guerre en les faisant siffler dans vos meetings et en les désignant comme responsable, après les avoir caressé dans le sens du poil au début de votre mandat, de la distance qui s’est creusée entre vous et le peuple.

Le 1er mai est subitement devenu dangereux, au point que, pour qu’il ne contamine pas votre « France silencieuse » attachée au « vrai travail », vous avez, cet après-midi, pour la première fois rassemblé sur le pavé parisien des gens, comme Alain Juppé, qui n’en avaient jamais éprouvé le besoin un 1er mai.

Par cet acte symbolique fort, vous avez opposé deux France et ce n’est pas votre discours aux accents de 2007, convoquant de Gaulle, Jaurès et les défenseurs de Dreyfus, qui y changera quoi que ce soit. Vous avez, dans la seule recherche de votre profit personnel, mis l’une en face de l’autre, avec des sentiments hostiles de l’une à l’égard de l’autre, deux France, celle du « vrai travail » et celle de… on ne sait pas trop, tant vous êtes flou sur la question, laissant la porte ouverte à tous les fantasmes poujadistes. De chaque côté, des centaines de milliers de Français.

Et puis, il y avait à Paris un troisième rassemblement, celui de Marine Le Pen. Un rassemblement à l’importance particulière, bien que traditionnel, du fait du score sans précédent réalisé par la candidate du Front National au premier tour d’une élection présidentielle. Alors que vous vous faisiez fort de réduire à pas grand-chose ce parti, il a prospéré comme jamais sous votre mandature et vous en avez la responsabilité essentielle : des promesses mirifiques non tenues et un discours, depuis Grenoble en juillet 2010, qui a brisé plus que tout autre, du fait de votre position institutionnelle, les tabous du vote anti-étrangers.

Monsieur le Président, ce 1er mai 2012 est à l’image de votre mandat. C’est un 1er mai de confrontation à votre initiative. C’est, pour les travailleurs et leurs représentants, un 1er mai de légitime défense. C’est pour vous même et Marine Le Pen un 1er mai d’exploitation des peurs et des tentations les plus sombres de l’électorat.

Voilà ce que vous avez fait de la France Monsieur le Président. Vous n’êtes pas digne de la confiance que les Français vous ont accordée en 2007. Ils ont cru en vous, en votre capacité à tirer le pays vers le haut, ils ont cru qu’ensemble tout deviendrait possible. Ils ont aujourd’hui une France qui s’affaisse et un président qui tente de la diviser.

Les Français ne se laisseront pas faire Monsieur le Président. La France est un peuple susceptible qui n’aime pas être trompé. En faisant encore preuve d’un grand civisme dimanche, il vous en apportera la démonstration.


A Lire Aussi :

– Les frontières et l’intégration ou l’imposture de Nicolas Sarkozy par RichardTrois

– Front syndical contre Sarkozy par Hemingway

– Et soudain, à Bercy, François Hollande fendit l’armure par Saint-Simon

– Fillon critique Sarkozy et prépare l’après présidentielle par Renaudot

– Kadhafi contre DSK : Les affaires pourrissent la fin de campagne par Lautréamont

– Le 1er mai de tous les dangers par Dante

16 Commentaires

  1. Et des journalistes pris à partie, y compris une journaliste de Médiapart agressée… non pas au rassemblement du FN, mais au meeting organisé dans le 16e arrondissement en l’honneur du ‘vrai travail’

  2.  » vous auriez gagné en décence » encore faudrait-il que ce petit monsieur sache ce que décence veut dire.
    A mon humble avis décence, moralité, franchise et honneur ne doivent pas figurer au dictionnaire de cet ignare.

    • Un triste bilan qui confirme que non mais il faut dire que nous n avons pas les mêmes valeurs, il lui manque les principales » respect tolérence et dignité  » car les siennes sont indignes de représenter la France, un pays qui connait aujourd hui le chaos, la liberté de paroles et de la presse sont des valeurs bafouées quand la vérité déranges, la répression à tout va merci à qui ??? L histoire s en souviendra et nous aussi

  3. Ping : Défilé du 1er Mai : le rouge et le tricolore ensemble contre Sarkozy « Ze Rédac

  4. Mille mercis pour ce texte qui traduit le sentiment de beaucoup d’entre nous. Je suis abasourdi devant le constat que de nombreux français , souvent âgés, ont oublié des pages tragiques de l’histoire de notre pays. Ce slogan qui sonne mal à mes oreilles : « travail, famille, patrie » repris allègrement par le candidat sortant et sa clique qui se veulent pourtant républicains ne les effraie nullement. Préoccupés par la défense de leurs petits acquis matériels ils préfèrent de loin adhérer à des valeurs sorties des ténèbres qui ont défiguré notre pays à une époque pas très lointaine. Honte à eux qui sacrifient leur honneur pour sauvegarder un acquis que leur héros leur donne l’illusion de défendre pour se sauver lui même.

  5. Ping : Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy : Regardez ce que vous avez fait de la France Monsieur le Président | Résistance Inventerre

  6. Ping : Longuet qualifie Le Pen « d’interlocuteur » : tactique ou maladresse ? « Ze Rédac

  7. Ping : Hollande large vainqueur, Sarkozy proche du KO « Ze Rédac

  8. Ping : Débat : le meilleur indicateur de la victoire de Hollande sur Sarkozy se trouve à droite « Ze Rédac

  9. Ping : Bayrou, l’Humain d’abord « Ze Rédac

  10. Ping : Sarkozy : fin d’une campagne de tous les dangers « Ze Rédac

  11. Ping : L’isolement historique de Nicolas Sarkozy « Ze Rédac

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s