Marine Le Pen : analyse d’un vote 24

Par Lautréamont

Marine Le Pen, 3ème femme - cc RemiJDN

Marine Le Pen, 3ème femme - cc RemiJDN

Ainsi donc, avec  6,4 millions de voix, Marine  Le Pen double la performance historique de son père en avril 2002 .

Pour la première fois également, elle sort de ses bassins historiques, à savoir les régions des industrialisées comme le Nord-Pas-de-Calais ou la Moselle et le bassin méditerranéen (vote d’un électorat pied-noir plus traditionnel), pour obtenir des scores très élevés dans les zones rurales. Un vote nationalisé, selon Pascal Perrineaud, du Cevipof. Un vote  » étale » qui touche toutes les catégories socio-professionnelles :

– 35% des ouvriers ont voté marine Le Pen

– 18% des jeunes de 18/24 ans

– 22% chez les 25/34

-24% chez les 35/49

Mais 9% seulement chez les plus de 65 ans.

Pourquoi un tel résultat, une telle propagation des idées du FN ?

D’abord une campagne audible par tous.

Dans toutes les enquêtes des sondeurs et les retours des reporters de terrain , les mêmes phrases reviennent « Marine, on comprend ce qu’elle dit » … » Eux et nous, c’est pas pareil, ils vivent pas comme nous  »  … » elle est simple, elle est divorcée, elle connaît la vie « .

Durant toute sa campagne, Le Pen a gardé la ligne traditionnelle du FN ‘ » le peuple contre les élites  » en y ajoutant, avec les conséquences de la crise : les perdants contre les gagnants, les invisibles contre les visibles, les  » sans voix contre ceux qu’on entend trop « .

En conséquence, elle fait des scores phénoménaux dans les départements ruraux, qui souffrent de problèmes agricoles mais aussi des petites entreprises qui ferment, des services publics qui disparaissent. Exemple en Haute-Loire ou le FN  atteint 20%  ou dans l’Orne, comme le cite Le Monde, où il est au dessus de 32% !

Ensuite une campagne de proximité.

Pendant cette campagne, Le Pen n’a pas multiplié les meetings géants mais a plutôt sillonné la France profonde avec la défense des services publics en argument principal. Ainsi, comme le raconte Marianne, dans un petit village de Haute-Marne de 40 habitants, sa venue a attiré en 3 jours 4 à 500 personnes venues de toute la région, des gens, raconte Marianne  » qui se regroupent tantôt chez l’un tantôt chez l’autre pour regarder la télé et économiser l’électricité ou mettent en commun leur RSA « .

Une France qui souffre, se sent totalement abandonnée et qu’elle a su capter par capillarité  et bouche à oreille.

Marine Le Pen a réalisé une campagne  » vie quotidienne « .

Peu à l’aise dans  l’exercice qui convenait tant à son père, à savoir  les discours enflammés, inscrits dans l’Histoire de France, discours de culture et de provocation, Marine Le Pen a choisi de parler aux gens de leur vie quotidienne : l’insécurité, la petite délinquance, la poste qui ferme dans le village, l’école, le manque de profs, la difficulté à boucler les fins de mois. Construisant peu à peu l’image d’une  » candidate du peuple «  qui parle comme le peuple.

Cette posture a montré sa limite lors de l’entrée en campagne de François Hollande et de Nicolas Sarkozy et sa difficulté à argumenter sur le plan économique son programme. Consciente du danger à être entraîné sur le chemin du procès en incompétence, elle s’est recentrée sur cette campagne de terrain, relayée par les médias locaux par imprégnation.

Une campagne à la conquête des zones rurales.

Le Pen est la seule à avoir parlé aux zones rurales, à s’être déplacée pour aller les voir, leur parler, ce qui n’est pas le cas des autres candidats , qui ont dépêche leurs émissaires mais n’ont pas fait campagne dans ce milieu, hormis au salon de l’agriculture.

Elle a bien capté le double mouvement qui frappe ces zones, un tissu économique et social désintégré, l’installation dans ces zones d’ouvriers ou de petits employés déclassés qui n’ont plus les moyens de vivre en ville.

Son discours, anti-élite, anti-mondialisation, anti-assistanat a donc touché dans le mille ces populations qui vivent le déclassement et l’oubli…   » Nous sommes les oublies de la France «  disait une électrice du FN, lundi matin sur une radio périphérique.

Bref une campagne de colère.

Durant toute sa campagne, Le Pen a pris soin de découper son message en 4 parties  :

-réquisitoire contre Nicolas Sarkozy qui a trahi ses promesses, notamment envers les ouvriers qui l’ont fait élire en 2007,

– exaltation de la France et des Français ( électorat traditionnel du FN anti-immigrés ),

– Diabolisation de l’Europe et de l’extérieur …

– Solution « sociale » et nationale, sortie de l’euro, fin du remboursement de l’IVG « de confort », etc…

On se rend compte à quel point il est quasiment impossible d’avancer une seule mesure concrète de Marine Le Pen. Mais l’important n’est pas là. Elle est à la confluence des malaises qui ont fait masse et ont trouvé leur point de fusion dans le vote FN…. Elle a su intégrer à la question identitaire, la question sociale  » souligne le géographe Christophe Guilly ( in Le Monde ).

Avec un tel capital, que faire après le 22 avril ?

L’objectif de le Pen est d’une simplicité biblique :

Reconstituer la droite autour du FN en provoquant l’ explosion de l’UMP.

Plusieurs facteurs l’y encouragent, notamment les cantonales , marquées par un très forte abstention mais où les reports de voix FN/UMP, et vice versa avaient atteint des niveaux jamais inédits. Parfois jusqu’à 95%.

Si la présidentielle clive, les campagnes locales ne semblent plus s’embarrasser de ces pudeurs. La présidentielle aura certainement contribué à faire sauter encore plus les dernières barrières, en raison du discours ultra-droitier de Sarkozy, conseillé par Patrick Buisson, ex red chef de Minute qui poursuit depuis 20 ans un seul objectif : réunir toutes les droites.

C’est aussi l’objectif de Marine Le Pen. Une alliance objective qui peut s ‘avérer redoutable aux législatives en cas de défaite de Nicolas Sarkozy. .

On peut imaginer, dans les années qui viennent, l’absorption pure et simple de l’UMP par le FN. C’est le but visé pour les 5 ans à venir.


A Lire Aussi :

– Marine Le Pen cartonne : douche froide pour une génération par RichardTrois

– Ne pas laisser Sarkozy récolter les raisins de la colère par  Beaumarchais

– Hollande – Sarkozy : candidat du rassemblement contre candidat de l’affrontement par Saint-Simon

– Jouanno, Juppé : l’après Sarkozy a déjà commencé à l’UMP par RichardTrois

– Pourquoi Nicolas Sarkozy ne peut pas gagner par Hemingway

– La déculottée de Nicolas Sarkozy par Dante 

– François Hollande en marche pour l’Elysée par Ze Rédac


Photo : RemiJDN – Licence Creative Commons

24 Commentaires

  1. Ping : Vrai travail : le déshonneur de Sarkozy « Ze Rédac

  2. Ping : Les gesticulations désespérées de Nicolas Sarkozy « Ze Rédac

  3. Bonjour,
    35% des ouvriers ont voté FN! Mais, je croyais que la classe ouvrière n’existait plus? Pour Terra Nova, il était limite débile de continuer à militer pour elle! Donc, la classe ouvrière existe encore et elle est demandeuse de projets concrets afin d’améliorer son quotidien. Mais, comme la gauche modérée s’est assise dessus, que l’extrême gauche use d’un vocabulaire du début du siècle dernier, que la droite se contente de son petit matelas traditionnel de 15/20% d’ouvriers catholiques et traditionalistes, le FN n’avait plus qu’à s’engouffrer dans la brèche.

    18% des jeunes ont voté FN. François Hollande a vraiment tenté de s’approprier le suffrage des jeunes, avec des propositions pourtant concrètes. Mais, il s’est adressé à certains jeunes, à ceux ressemblant le plus aux militants du MJS. Et, le MJS est constitué principalement d’étudiants! Qui a proposé quoique ce soit aux 130 000 jeunes sortant chaque année de l’éducation Nationale sans maîtriser la lecture? Personne, même pas Le Pen, pourtant ce sont surtout ces jeunes en difficulté qui ont voté FN.

    La communication de madame Le Pen est simpliste puisqu’elle utilise des slogans et peu de démonstration, à la manière de Sarkozy en 2007. Mais, surtout c’est la campagne de tous les autres à son encontre qui a été un désastre. Passer son temps à moquer le FN allait bien à l’époque du père. Mais, avec la fille bien plus proprette, le risque du dénigrement systématique est la victimisation contreproductive de la cible.
    Force est de constater l’échec de monsieur Mélenchon face à la classe ouvrière et face à madame Le Pen. D’après les études, au moins 500 000 électeurs du FN se sont posés la question de savoir s’ils allaient voter FG et inversement 200 000. 700 000 électeurs, au minimum, étaient tiraillés entre le FN et le FG. Hélas, monsieur Mélenchon ne les a pas suffisamment convaincus. Les 3% de moins pour le FG et les 3% de plus pour le FN par rapport aux sondages sont là! Si, Mélenchon avait évité de passer tant de temps à victimiser Le Pen et tout son temps sur le quotidien des concitoyens, je pense que les chiffres seraient inversés. Et, nous ne serions pas là pour en parler en boucle, offrant une écoute gratis à miss Le Pen.

    En ce qui concerne la ruralité elle profite de deux conjonctures: la fin politique de Jacques Chirac et l’ultra-libéralisme au pouvoir. Jacques Chirac a, depuis 1976, toujours été le chef/chef de l’agriculture française, sa fin politique a laissé orpheline la FNSEA. Une recomposition syndicale était nécessaire. La FNSEA compte des adhérents provenant de divers mondes politiques: des socialistes, jusqu’aux ultra-libéraux. Ainsi, les paysans socialistes se retrouvent au sein de trois centrales syndicales: la FNSEA, la Conf’ et le MODEF. Comme, il n’y a aucune proposition syndicale proche de la gauche modérée. Le gaullisme a pris fin avec Chirac et le pouvoir sarkozyste a soutenu un leader proche de l’ultra-libéralisme au sein de la FNSEA, laissant des nuées de paysans dans le désarroi. Évidemment, le second syndicat national, la coordination rurale dont les militants sont massivement FN bénéficient de ce désarroi.
    La prise de position du Fn tient donc au manque d’entrain du PS a soutenir une offre syndicale proche de ses options et à l’ultra-libéralisme bling-bling du président, au moins autant que le pouvoir de séduction de madame Le Pen: une bonne travailleuse pour une ferme, la bru rêvée de nombre de paysans!

    A mon avis trois enseignements sont à retenir:
    – Besancenot, où quelqu’un comme lui: Reviens. Besancenot avait fait un ravage sur les jeunes en difficulté, notamment, privant le FN de 1/2 points.
    – Mélenchon arrête les conneries, les galéjades et présente tes armes contre la crise et les ouvriers reviendront.
    – Pour le PS et la ruralité, je ne sais plus quoi faire? Comment dire, les responsables se fichent de la ruralité. Ils ne l’a connaissent pas! Ils sont surbookés dans nos campagnes avec un cumul des mandats aussi écœurant qu’inefficace. Ils ont le temps d’entendre, mais pas d’écouter. 3/4 barons locaux trustent tout, au détriment du développement. Il n’est pas rare de tomber sur un premier adjoint d’un village, très compétant et qui le démontre depuis une vingtaine d’années. Mais, dont le maire est là depuis 40/50 ans en trustant le canton et la communauté de communes. Le problème n’est pas seulement au sein du PS, pour l’UMP c’est pareil. Il y a tellement de changements à opérer au sein du PS, sur un sujet au mieux méconnu, que l’espoir pour la ruralité est noir, très noir.

    Cordialement. Thierry!

  4. moi je pense que c est le peuple francais qui parle et en marine vive la france vive marine pour plein de raisons on est chez nous avant tout et des jean moulin meme au feminin il y en auras encore jeanne d arc ne la pas provee que les femmes sonts courageuses

  5. Sans concession, parler aux électeurs du FN: Qui vous a le plus trompé, menti, méprisé? On agite sous votre nez le thème de l’immigration pour masquer la faillite d’une politique en matière de pouvoir d’achat, d’emploi de services public, d’activité économique dans nos territoires. Oui nous sommes pour le vote des étrangers aux élections locales c’est déjà le cas pour les étrangers européens. C’est une mesure de responsabilité et d’intégration pour notre cohésion sociale. Sarkozy lui aussi préconisait cette mesure. Il ne l’a pas faite. Et aujourd’hui, il cache son jeu. Il dissimule, il truque. Qui vous a le plus trompé? Notre projet est sur la table depuis janvier. Voyez. Il y a un autre chemin pour rendre sa dignité à notre pays. Pour faire entendre plus fort la voix de la France en Europe? Voyez le nouveau président de la BCE, à la suite du 1er tour en France, dit enfin qu’il faut un « pacte de croissance » en Europe ! Voter Hollande, c’est en effet voter utile!

    Du reste le sortant ne l’a-til pas dit au 1er tour: Voter FN c’est voter socialiste? Mais à la différence de COPE, le mépris en barre, nous on ne vous ajoute automatiquement à notre score. On vous dit simplement demandez-vous qui vous a le plus trompé? Méprisé?

    Le sortant, c’est fini, le 3ème tour pour lui sera judiciaire.

  6. Ping : La lâcheté des centristes « Ze Rédac

  7. Un comble:Morano versus Alliot:et bien c’est lui qui apparait presque le plus convenable (à relativiser quand même), de toute manière le plus franc enfin ponctuellement car le FN a certainement dans ses cartons beaucoup de mesures inavouables pour l’instant,leur stratégie étant de faire sauter les verrous un par un
    http://leplus.nouvelobs.com/contribution/539875-video-quand-nadine-morano-drague-louis-aliot-au-grand-journal.html

    Hollande a une obligation réussite:imaginez vous 2017 un ticket COPPE-LE PEN?

  8. Bonjour,
    Je ne suis pas certain que l’immigration soit au centre des préoccupations des ruraux par exemple. Le responsable du seul labo d’analyse médicale de ma petite ville est d’origine maghrébine, il a certainement enfoncé une aiguille dans un des bras des 20% de ceux ayant voté FN, dimanche. Dans le canton voisin, le seul médecin est roumain, un européen de seconde zone, presque un maghrébin dans la hiérarchie des racistes.
    C’est le sentiment d’abandon qui prédomine, ici.
    C’est le sentiment d’abandon qui domine aussi chez les jeunes en difficulté et c’est aussi ce sentiment d’abandon qui existe au sein de la classe ouvrière.
    La ruralité n’est pas assez à la mode pour attirer d’autres personnes que les retraités et les babas cools. Elle meurt à petit feu dans l’indifférence générale.
    Les jeunes sont confrontés à la police et à un patronat plus qu’arrogant, exigeant jusqu’à l’incompatibilité.
    La classe ouvrière a subit un double abandon celui de la gauche modérée et celui des syndicats. Les syndicats fonctionnent de plus en plus comme des partis politiques en ce sens qu’ils sont concentrés sur leurs élus et les élections professionnelles. Ils sont très actifs lors des négociations (salaires, avantages, plans sociaux), mais ils l’ont toujours été!. Alors, qu’ils n’ont jamais eu autant de salariés (dans chaque entreprise d’importance au moins un délégué syndical œuvre à mi-temps où à temps complet), les syndicats se sont assis sur une multitude d’actions que les bénévoles d’antan menaient. Cela allait des cours de remise à niveau en lecture/écriture après l’usine, au copain du syndicat qui a un camion pour le déménagement, aux Week End merguez…

    Est-ce que le parti socialiste offre des projets concrets à ces 3 catégories de population?
    Je doute!
    En tous, elles n’ont guère cru dans la capacité de monsieur Hollande à améliorer leur quotidien!
    Pourtant, cathliberty44 a raison, le prochain gouvernement aura une obligation de résultats: améliorer le quotidien des catégories de population les plus en difficulté et celles qui ont peur de sombrer dans cette difficulté en 5 ans.
    C’est pas gagné!

    Cordialement. Thierry!

  9. Très bonne analyse du vote populaire pro Le Pen et, en parallèle une relative inertie (PS) ou stratégie inadaptée (Mélenchon) des partis de gauche. La seule qui, à gauche ait fait un travail constant auprès de tous ces laissés pour compte, c’est Ségolène Royal .Elle l’avait déjà entrepris en 2007, elle l’a refait intensément pendant la campagne des primaires. Pendant que Hollande et Aubry se contentaient de meetings ou réunions réunissant les militants PS , leur familles et amis, SR s’est systématiquement rendue auprès des oubliés de la République : visite aux écoles qui ferment, aux parents d’élèves en lutte, aux bourgs où ferment les services publics, dans les banlieues victimes du chômage et de la petite délinquance , dans les entreprises qui licencient, dans les fermes où se réunissaient parfois des dizaines ou centaines de personnes . Inutile de dire que ses propositions différaient radicalement de celles de M.Le Pen (Quoique cette dernière n’ait eu aucun scrupule à puiser dans le sac à idées de la candidate de 2007 pour exiger le contrôle de la finance) Cette campagne menée pendant tout l’été et l’automne jusqu’au vote des primaires, qui,dites moi , en a rendu compte dans les médias? On connait le résultat . Celui-ci n’a en rien reflété l’accueil souvent extrêmement chaleureux reçu par la candidate. La petite-bourgeoisie politisée qui a surtout voté a choisi des gens à son image, leur « audace » indépassable étant leur vote pour Montebourg. Cet échec me fait douter de la validité de ce type de « primaires ». Le résultat est que la gauche politique a le candidat qu’elle mérité. Naturellement, je fais campagne en sa faveur et voterai pour lui au second tout comme au premier. Je n’en garde pas moins beaucoup d’amertume sur le tableau politique actuel de la France.
    PS: Je me permets également de rappeler que cette politique revendiquée, Mme Royal la mène aussi efficacement dans sa région, tant auprès des ouvriers que des paysans et des artisans. Ce qui en fait l’anti le Pen par excellence.

  10. Ping : Sévère mise en garde de Bayrou à Sarkozy sur le FN « Ze Rédac

  11. Madame Royal détient une véritable capacité à comprendre les problèmes du quotidien des citoyens et à proposer des solutions concrètes. Les autres Régions socialistes de France ont du mal à suivre. Ainsi l’Ile de France vient enfin de copier le « pass contraceptif » existant en Poitou depuis au moins trois ans et qui a évité plusieurs centaines d’IVG. Encore une mesure concrète qui ne va pas dans le sens de l’intégrisme catholique, un de pilier de l’extrême droite.
    Mais surtout madame Royal a imaginé une pratique politique nouvelle: la démocratie participative! Une base essentielle afin de transformer notre société en profondeur, vers une nouvelle politique de civilisation. Évidemment, cette pratique va à l’encontre de l’establishment en place et de la centralisation des pouvoirs de l’extrême droite. Aucune chance!
    Et maintenant que reste-t-il de tout cela? Un espoir éteint qui sera difficile à rallumer!
    Cordialement. Thierry!

  12. Ping : Sarkozy a-t-il vraiment dit ce qu’il a dit ? « Ze Rédac

  13. Ping : Ségolène Royal, pièce maîtresse sur l’échiquier Hollande « Ze Rédac

  14. Ping : Comment Sarkozy perd son âme « Ze Rédac

  15. Ping : Sarkozy le menteur « Ze Rédac

  16. Ping : Début de débâcle à l’UMP « Ze Rédac

  17. Ping : Avec sa stratégie droitière, Sarkozy perd sur tous les tableaux « Ze Rédac

  18. Ping : Sarkozy l’effrayant « Ze Rédac

  19. Ping : Sarkozy, l’homme qui n’écoute personne… sauf Buisson « Ze Rédac

  20. Ping : Copé, chef de clan … c’est l’UMP qui le dit « Ze Rédac

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s