Hollande – Sarkozy : candidat du rassemblement contre candidat de l’affrontement 15

Par Saint-Simon

Sarkozy vs Hollande - candidat du rassemblement contre candidat de l’affrontement

Deux tempéraments, deux visions du monde et deux conceptions de la politique. Tout oppose François Hollande et Nicolas Sarkozy et un vrai choix est ainsi offert aux électeurs.

L’intempérance d’un côté, la difficulté à maîtriser ses émotions et ses pulsions, l’impudeur à fleur de peau, un côté sale gosse bagarreur, chicaneur, roublard et truqueur, attiré par ce qui brille, colérique et tyrannique à l’égard de son entourage. Tel est Nicolas Sarkozy qui se donne à voir tel qui l’est, sans fard, un surmoi réduit à pas grand-chose qui l’empêche de dissimuler sa nature profonde et le pousse à la transgression, avec une façon d’être qui ne colle pas aux nécessités de la fonction. Lui-même admet avoir eu un problème de « solennité » au début de son mandat. Doux euphémisme et mémoire Alzheimer puisqu’il a des souvenirs lointains mais pas de la plus proche période au cours de laquelle son attitude a été d’une « solennité » toute relative.

Le tempérament de François Hollande se situe quelque part aux antipodes de celui de son challenger. Le candidat socialiste est un cérébral, sensible mais pas émotif, pudique sans être dissimulateur, extrêmement maîtrisé, tout aussi pugnace et opiniâtre, simple dans son mode de vie et dans son rapport aux autres, chaleureux, sympathique mais pouvant parfois être tranchant. En un mot, normal.

Leur vision du monde également diffère. Nicolas Sarkozy croit dur comme fer au dogme de la capacité de chaque individu à s’en sortir s’il le veut vraiment, le monde se divisant donc entre ceux qui travaillent vraiment pour s’en donner les moyens et les assistés qui ne le veulent pas. François Hollande rejette la naïveté passée de la gauche sur l’assistanat mais demeure convaincu que des inégalités de milieux sociaux existent et nécessite d’être corrigées grâce à une politique redistributive par l’Etat, une fois les richesses créées.

Enfin, leur conception de la politique les oppose. Pour Nicolas Sarkozy, tous les moyens sont bons pour gagner. Le cynisme est un outil quotidien, la mauvaise foi est poussée à son extrême-limite, la brutalité vue comme un moyen naturel de destabiliser l’adversaire. Le clivage est au carrefour de son tempérament personnel et de ce qu’il considère être ses intérêts politiques. Pour souder autour de lui, il crée des ennemis, il dresse des camps contre d’autres camps. Aujourd’hui les « vrais travailleurs » contre les syndicats et les assistés, hier les actifs contre les retraités. A défaut de pouvoir être aimé, il suscite des affrontements. Ainsi, ceux qui ne sont pas contre lui sont avec lui.

François Hollande n’est évidemment pas un naïf et s’est plié aux règles du darwinisme politique. Pour être celui qui est en situation de faire gagner la gauche à une élection présidentielle, il a évidemment dû manœuvrer, écarter la concurrence, s’imposer, pratiquer la dialectique. Mais il n’a jamais franchi la ligne rouge de sa morale politique : le mensonge, le reniement des valeurs auxquelles il croit, et la violence verbale.

Dans sa campagne comme dans sa vie politique passée, François Hollande montre qu’il est meilleur pour le pays et plus efficace pour lui de rassembler que d’opposer, de respecter que de provoquer, d’être cohérent et constant dans ses prises de position politiques que de que tournoyer pour chercher le vent, de pratiquer la vérité plutôt que le mensonge qui crée la désillusion, de faire appel à la raison et à la part lumineuse des individus que d’activer leurs sombres penchants.

Le 6 mai, le choix sera donc clair entre François Hollande, le candidat du rassemblement des Français et de la Nation, et Nicolas Sarkozy, le candidat de l’affrontement. Contrairement à 2007,  les électeurs sont instruits par cinq années de présidence Sarkozy…


A Lire Aussi :

– Jouanno, Juppé : l’après Sarkozy a déjà commencé à l’UMP par RichardTrois

– Pourquoi Nicolas Sarkozy ne peut pas gagner par Hemingway

– La déculottée de Nicolas Sarkozy par Dante 

– François Hollande en marche pour l’Elysée par Ze Rédac

– L’affiche attendue : Hollande versus Sarkozy par Arsinoé

– Le nécessaire pack de gauche pour l’entre deux tours par Lautréamont

15 Commentaires

  1. Pour Sarko et ses amis du CAC40, les « vrais travailleurs, c’est ceux qui de demandent rien », autrement dit qui ne protestent pas, qui ne revendiquent pas, qui se laissent virer avec résignation lorsque leur entreprise délocalise! Ha, si seulement il n’y avait pas ces satanés syndicats!

  2. Pour Nicolas Sarkozy, tous les moyens sont bons pour gagner. Le cynisme est un outil quotidien, la mauvaise foi est poussée à son extrême-limite, la brutalité vue comme un moyen naturel de destabiliser l’adversaire. Le clivage est au carrefour de son tempérament personnel . A défaut de pouvoir être aimé, il suscite des affrontements. Ainsi, ceux qui ne sont pas contre lui sont avec lui.
    peut etre pas un sociopathe mais un grand malade certainement .NON SI PUEDE VIVIR SIN AMAR .

    • Cela s’appelle un pervers narcissique avec comme base de fonctionnement la manipulation et le mensonge et aucun sens des limites.

  3. Juste une remarque surl’une de vos phrases : »les actifs contre les retraités »dites-vous. C’est là une opposition que sarkozy n’a guère pratiquée étant donné qu’il doit une fière chandelle aux retraités qui l’ont élu massivement en 2007, Ségolène Royal l’emportant largement chez les jeunes et les actifs , contrairement à la légende. Donc, peu probable que NS attaque de front ces précieux auxiliaires qui lui donneront, certes, moins de voix cette fois-ci, mais quand même un nombre non-négligeable.

    • La phrase à lire dans le sens où justement il cherche à faire peur aux retraités, expliquant que si l’on réduit pas les droits à la retraite des actifs, les retraites ne pourront plus être versées. D’où l’opposition ”les actifs contre les retraités”.

  4. Ces portraits collent parfaitement à la réalité, bravo. Et c’est justement pour cette raison que Nicolas Sarkozy perdra, pas besoin d’aller chercher plus loin (son bilan par exemple).
    Je trouve inouï qu’il n’ait pas réussi depuis plusieurs mois à gommer cette caricature de lui-même dans l’optique de la campagne. Perso, il m’inspire de la révulsion, sa rhétorique est à vomir. Mais il persiste plus que jamais dans ce 2e tour.
    Et pour le fun (quoi que…) :
    http://derdrie.wordpress.com/2012/04/23/le-courage-politique-de-nicolas-sarkozy-explique-a-mes-enfants/

  5. Ping : Marine Le Pen : analyse d’un vote « Ze Rédac

  6. Ping : Vrai travail : le déshonneur de Sarkozy « Ze Rédac

  7. Ping : Les gesticulations désespérées de Nicolas Sarkozy « Ze Rédac

  8. Ping : La lâcheté des centristes « Ze Rédac

  9. Un VRAI travail : redresser le pays dans la justice et reconstruire la république après le 6 mai. Plus nous serons nombreux le 6 mai, plus la victoire sera large et plus fort sera donné l’élan nécessaire pour cette tâche immense, notamment pour peser sur la croissance en Europe.
    Pas une voix ne doit manquer pour réussir le changement

  10. Ping : Sévère mise en garde de Bayrou à Sarkozy sur le FN « Ze Rédac

  11. Ping : Sarkozy a-t-il vraiment dit ce qu’il a dit ? « Ze Rédac

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s