François Hollande en marche pour l’Elysée 13

Par Ze Rédac

François Hollande en meeting à Rennes -  © Razak

François Hollande en meeting à Rennes - © Razak

François Hollande n’a pas faibli, n’a pas failli. Favori des sondages depuis de nombreux mois, il a confirmé hier soir, à l’issue du premier tour les espoirs qui ont été placés en lui par son camp et de très nombreux Français.

Son score, compris – au moment où nous écrivons cet article –, selon les estimations des instituts de sondages, entre 28,6 et 29,2% des suffrages exprimés, se situe même au-delà de ce qui était attendu ces derniers jours, qui plus est avec un niveau de participation élevé. Il s’agit du meilleur score d’un candidat socialiste depuis les débuts de la Vème République, hormis celui de François Mitterrand en 1988.

Nicolas Sarkozy, avec un résultat entre 26,1 et 27,3%, se situe de quatre à cinq points en-deça de son score de 2007. Il n’a cette fois pas réussi son OPA sur les électeurs du Front National, malgré une campagne de premier tour très marquée par les thèmes traditionnels de l’extrême-droite, puisque Marine Le Pen se situe à un niveau historiquement haut. C’est la première fois sous la Vème République qu’un président sortant ne sort pas en tête du premier tour.

Si le match n’est pas définitivement joué, tant le fighting-spirit du candidat de droite est encore vivace, François Hollande se trouve dans une position enviable qui devrait le conduire à la victoire le 6 mai prochain.

D’abord parce qu’il vire en tête et que c’est très important dans une élection présidentielle de laquelle la dimension psychologique n’est jamais absente. Finir en tête au soir du premier tour donne une dynamique certaine pour aborder la campagne du second tour. C’est dans cet espoir que Nicolas Sarkozy a appliqué la même stratégie en 2012 que celle qui lui avait permis de l’emporter en 2007 : tenter de syphonner les voix de l’extrême-droite pour gonfler son score de premier tour et virer en tête avant la dernière ligne droite.

Il peut aujourd’hui tenter de faire comme si arriver en seconde position n’était pas un problème. C’en est un et il le sait.

Ensuite parce que le score élevé de Marine Le Pen va obliger Nicolas Sarkozy à ne pas négliger, entre-deux-tours, les thèmes chers à l’électorat de l’extrême-droite pour s’assurer de bons reports, mais avec le risque de déplaire à l’électorat centriste et modéré de François Bayrou dont il a tout aussi besoin. Un grand écart que nous avions déjà pointé à Ze Rédac comme impossible à tenir.

Enfin, parce que la gauche totalise environ 45% des suffrages, un niveau exceptionnellement élevé. Jean-Luc Mélenchon, Eva Joly et Philippe Poutou ont déjà appelé, en application de la règle républicaine habituelle de désistement réciproque, à voter pour François Hollande ou contre Nicolas Sarkozy. Toutes les enquêtes d’opinion montrent la qualité des reports des candidats de gauche et d’extrême-gauche sur François Hollande qui fera donc le plein des voix de ce côté-là de l’échiquier politique.

Ajoutons à cela une part des électeurs de François Bayrou dont on sait qu’elle apportera ses suffrages à François Hollande, au moins pour faire barrage au président sortant.

Un second tour d’élection  présidentielle n’est certes pas qu’une histoire d’arithmétique, mais il vaut mieux avoir un total des voix de gauche à 45% qu’à 36% comme en 2007, ce qui avait été un handicap fort et finalement insurmontable par Ségolène Royal malgré son résultat personnel plus qu’honorable.

Le rassemblement de la gauche est d’ores et déjà fait quand Nicolas Sarkozy ne peut compter sur un appel au vote en sa faveur ni de Marine Le Pen, ni de Nicolas Dupont-Aignan, ni certainement de François Bayrou qui pourrait parier sur sa défaite afin de reconstruire un centre indépendant.

Le président sortant qui a tout fait pour empêcher d’autres candidatures dans son camp est aujourd’hui isolé comme jamais. François Hollande est dans la force du rassemblement qui crée la dynamique.  Lorsque le premier essaie de se sauver en réclamant trois débats entre les deux tours – ce qu’il n’avait pas demandé en 2007… –, le candidat socialiste devenu celui de toute la gauche demandait aux Français de lui donner une belle victoire le 6 mai prochain.

Hier soir, Nicolas Sarkozy a fait un pas de plus vers la sortie. François Hollande est plus que jamais en marche vers l’Elysée.


A Lire Aussi – spéciale Premier Tour :

– L’affiche attendue : Hollande versus Sarkozy par Arsinoé

– Le nécessaire pack de gauche pour l’entre-deux tours par Lautréamont

– Marine Le Pen cartonne : douche froide pour une génération par RichardTrois

– Arrêtez ces sondages idiots par Dante

– Le naufrage et la clé Bayrou par Lautréamont

– La grande classe Mélenchon par Dante

13 Commentaires

  1. Ping : Le naufrage et la clé Bayrou « Ze Rédac

  2. Ping : Arrêtez ces sondages idiots « Ze Rédac

  3. Ping : Marine Le Pen cartonne : douche froide pour une génération « Ze Rédac

  4. Ping : Le nécessaire pack de gauche pour l’entre deux tours « Ze Rédac

  5. Ping : L’affiche attendue : Hollande versus Sarkozy « Ze Rédac

  6. Ping : La grande classe Mélenchon « Ze Rédac

  7. Ping : La déculottée de Nicolas Sarkozy « Ze Rédac

  8. Ping : Pourquoi Nicolas Sarkozy ne peut pas gagner « Ze Rédac

  9. Ping : Hollande – Sarkozy : candidat du rassemblement contre candidat de l’affrontement « Ze Rédac

  10. Ping : Jouanno, Juppé : l’après Sarkozy a déjà commencé à l’UMP « Ze Rédac

  11. Ping : Ne pas laisser Sarkozy récolter les raisins de la colère « Ze Rédac

  12. Ping : Marine Le Pen : analyse d’un vote « Ze Rédac

  13. Ping : Vrai travail : le déshonneur de Sarkozy « Ze Rédac

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s