Sarkozy, le petit atome 14

Par Renaudot

On a beau être sans illusions sur la manière dont la France a été dirigée durant cinq ans, la lecture des bonnes pages du livre d’Anne Lauvergeon « La femme qui résiste » parvient tout de même à nous étonner.

L’ex-patronne d’Areva, grand groupe industriel spécialisé dans le nucléaire, raconte notamment, comme témoin de premier plan d’une République de coups fourrés, ses relations avec l’Etat sarkozyste et fait une comparaison avec la pratique du pouvoir par François Mitterrand, qu’elle a connu de l’intérieur. Elle le fait, contrairement à ce qu’insinue Nicolas Sarkozy en traitant son livre de « politicaille », sans a priori partisan contre lui. Avant le début du mandat, elle entretenait d’ailleurs de bonnes relations avec celui qui était ministre de l’intérieur.

Son analyse du fonctionnement de la cour sarkozyste au regard de la stratégie industrielle à mener pour la France – qu’on peut ne pas partager – est franche et aiguisée comme un couteau laguiole. Le moins qu’on puisse dire est que Nicolas Sarkozy et son entourage n’en sortent pas grandis.

Il y a d’abord cette scène racontée minutieusement, à base des notes qu’Anne Lauvergeon prend chaque soir, lorsque le tout nouveau président lui propose un ministère. Rien de condamnable en soi. Ce qui laisse par contre interdit et quelque peu écoeuré, c’est la manière. Nulle vision de la France, nulle allusion à l’intérêt générale, mais du pure cynisme politicien avec un seul objectif qu’il ne prend même pas la peine de masquer : à l’heure de l’ouverture triomphante, afficher un nouveau ministre issu des rangs de la gauche dans le gouvernement qu’il est en train de former.

Extraits. « Ecoute : tu es ministre dix-huit mois. Allez, un an. Ça te va, un an ? Et puis après, tu auras l’entreprise que tu veux ». Aux arguments avancés par la patronne d’Areva pour refuser malgré la proposition alléchante d’obtenir ensuite la présidence d’EDF, Nicolas Sarkozy rétorque : « Voyons Anne, l’important, ce qui compte ce n’est pas la politique ou les mandats, c’est la proximité avec moi. Tu es mon amie, c’est suffisant ! ».

Avec une telle conception de la chose publique faite de cynisme et de méthode de cour d’école fondée sur « on est copain donc tu dois me faire plaisir », le président ne pouvait pas comprendre le refus d’Anne Lauvergeon et le monarque absolu qu’il venait de devenir à grande vitesse ne pouvait qu’en vouloir à celle qui avait osé lui opposer un refus. Il le lui fera payer à plusieurs reprises sur des décisions de fond à prendre sur l’avenir de la filière nucléaire et en ne renouvelant pas son mandat de présidente d’AREVA lorsqu’il est arrivé à échéance.

Anne Lauvergeon décrit également dans son livre comment un « clan » s’est constitué autour du président sur les questions de politique industrielle, une coterie davantage préoccupée de distribuer les prébendes entre amis que de doter la France d’un véritable outil industriel, nous dit-elle. Si on doit prendre avec des pincettes, s’agissant du nucléaire, la définition de l’intérêt général par l’ancienne patronne d’un des acteurs majeurs de la filière, deux faits méritent d’être signalés.

D’abord l’insistance avec laquelle l’Elysée a tenté de fournir un réacteur EPR à la Libye, après la libération des infirmières bulgares et avant la réception avec les honneurs du colonel Kadhafi à Paris. Il a fallu le courage d’Anne Lauvergeon, garante en l’occasion de la sécurité internationale alors qu’elle aurait pu se contenter d’une vision mercantiliste, pour éviter que le dictateur sanguinaire ait à disposition la technologie nucléaire. Nicolas Sarkozy devrait lui en savoir gré. Sans elle, il n’aurait pas pu, quelques années plus tard, aller parader à Benghazy.

Ensuite, les hommes d’influence qu’on trouve autour du président sur la question industrielle et particulièrement nucléaire. Claude Guéant bien sûr, Henri Proglio, alors patron de Veolia et aujourd’hui président d’EDF nommé par Nicolas Sarkozy, Jean-Louis Borloo qu’Henri Proglio a tenté de faire nommé il y a quelques semaines à la tête de Veolia, Jean-Dominique Comolli, commissaire aux participations de l’Etat et ancien directeur de cabinet de Laurent Fabius, François Roussely ancien patron d’EDF, et Alexandre Djouhri. Les premiers noms montrent que sous Nicolas Sarkozy, les connivences entre hauts-fonctionnaires, anciens élèves de l’ENA, passés par les cabinets ministériels, la politique et le monde de l’entreprise n’ont pas cessé malgré les déclarations tonitruantes du candidat à la présidentielle de 2007.

Le dernier nom est encore plus inquiétant. Alexandre Djouhri a en effet un passé sulfureux. Passé par le grand banditisme, il a ensuite su gravir les échelons du chiraquisme puis du sarkozysme pour devenir un intermédiaire incontournable dans de nombreux marchés important de la France à l’étranger, en concurrence avec un certain Ziad Takkiedine qui tente de lui mettre sur le dos la négociation de contrats ayant donné lieu à rétro-commissions. Il est également très lié à Bernard Squarcini, le patron des services secrets français. Pierre Péan lui a consacré une place importante dans son livre au titre édifiant « La République des mallettes ».

Qu’un tel homme soit présent, au cœur du pouvoir, pour participer à des décisions aussi stratégiques et lourdes de conséquences pour les populations que celles concernant le nucléaire, est extrêmement inquiétant.

Le livre d’Anne Lauvergeon nous montre une fois de plus que la République irréprochable promise par Nicolas Sarkozy en 2007 n’a jamais eu le début d’un commencement. Un petit homme pour une petite politique.


A Lire Aussi :

– Le Pen et l’abstention : la menace fantôme par Lautréamont

– Le silence assourdissant de la « France silencieuse » par  Beaumarchais

– Hollande à la hausse : l’effet Royal par Dante

– Mélenchon : transformer l’essai par Lautréamont

– FOG explose en plein vol sur France2 par Arsinoé

– Vers la sortie de Bayrou par Saint-Simon

14 Commentaires

  1. anne lauvergeon a jeté le pavé dans la mare il faudrait que les affaires bettencourt et karachi et la société& heine ou le nom de sarkozy ressort plusieurs fois , donc pour la république irréprochable ce sera une prochaine fois

  2. Ping : Sarkozy : panique à bord « Ze Rédac

  3. nos ancêtres de 89 auraient portés au bout d’une pique la tête de tout ces beaux messieurs (et dames) . Mais ici le crime contre la republique et le peuple de france est trops grave. Je demande la fessée cul nul retransmise en mondiovision .

  4. Ping : Vauzelle au Mexique : Sarkozy vous nous “Cassez ” les pieds ! « Ze Rédac

  5. Anne Lauvergeon, une des rares personnes que j’admire, j’espère que François lui donnera la place qu’elle mérite !!!

    • puis je dire une chose avant d’espérer des places il faut élire François , donc déjà le prochain dimanche ce serait bien si il passait le premier tour en tête , pour cela il faut aller voter et espérer que l’abstention ne sera pas trop forte , ensuite convaincre , et se mobiliser au second tour sans se dire c’est gagné rien ne l’est jamais , méfiez vous des sondages ils ne sont pas souvent exacts , (souvenez vous JOSPIN )
      Si vous désirez chasser Sarkozy une chose une seule mobilisation !
      Et après il faudra donner à F Hollande une majorité au parlement pour cela il va falloir continuer à occuper le terrain .
      Au soir du second tour des législatives et seulement la nous sauront si c’est gagné et si Hollande pourra mettre en route le changement .

  6. Ping : Après Marseille, Vincennes : la vague de gauche va tout emporter « Ze Rédac

  7. Ping : Vincennes / Concorde : Hollande vainqueur par KO « Ze Rédac

  8. Ping : Ségolène, Martine, Lionel et les autres : l’entente cordiale « Ze Rédac

  9. Ping : L’appel à l’aide crépusculaire de Nicolas Sarkozy « Ze Rédac

  10. Ping : Portfolio : François Hollande à Vincennes, la force du rassemblement « Ze Rédac

  11. Ping : Ze Rédac

  12. Ping : Sarkozy : un long chemin de croix « Ze Rédac

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s