Pourquoi Hollande fera avec Royal, Montebourg et Mélenchon 9

Par Aristote

Ségolène Royal à Rennes pour François Hollande - © Razak

Ségolène Royal à Rennes pour François Hollande - © Razak

Il y a comme un parfum de Mai dans les esprits. Vivement Mai, comme le dit joliment l’un des groupes de mobilisation de la campagne socialiste. Comme un parfum de victoire et de lendemain qui ne chanteront pas, seront durs, demanderont des sacrifices, oui mais des sacrifices justement répartis.

Et dans cette victoire qui s’avance, autant poser tout de suite quelques jalons essentiels. Car il ne suffit pas de gagner, il faut ensuite gouverner et changer profondément la fatalité en espoir. Changer la vie.

Et pour cela, François Hollande ne pourra pas faire sans cette gauche : radicale, inventive, audacieuse , visionnaire et transgression, symbolisée, au sein du parti socialiste , par Ségolène Royal et Arnaud Montebourg, et à l’extérieur par Jean-Luc Mélenchon.

Car cette gauche là dit  » non  » à des degrés différents  et porte en elle un élan, une ferveur et une incarnation qui seront essentiels pour les années à venir.

Royal, en premier lieu, qui occupe un espace si particulier. À la fois par son charisme, sa ligne  » populaire – pragmatique « , son appel au  » power to the people  »  et cette façon si particulière, unique, de galvaniser les énergies, et de toujours trouver la brèche pour combattre ou construire , comme on l’a vu avec Heuliez, entreprise dans laquelle elle a fait entrer pour la première fois, une région au capital d’une société.

Arnaud Montebourg, Fête de la Fraternité 2010

Arnaud Montebourg lors de la Fête de la Fraternité 2010 - © Blaise Boudet

Guerrière et femme d’Etat, Royal courage est un élément clé du dispositif de gouvernement, à l’Assemblée où il faudra faire passer des lois pour aller vite dans le redressement de la France. Ou un grand ministère qui engagerait le pays sur la voie d’une révolution industrielle ou écologique.  Royal, celle qui ne renonce jamais.

Montebourg ensuite, le cadet, à la fois grave et nonchalant qui vibre pour les ouvriers, contre la mondialisation et la voracité financière. Orateur hors pair, transgressif lui aussi et volontiers provocateur, Arnaud Montebourg porte les espoirs d’une génération de jeunes quinquagénaires ( Manuel Valls, Vincent Peillon ) cette génération qui n’a jamais gouverné, piaffe d’impatience à pouvoir enfin avoir une partie des manettes et impulser un autre élan. Mais à la différence de Valls ou de Peillon, très orthodoxes et peu créatifs, Montebourg est en mouvement permanent et cette liberté intérieure, lorsqu’elle est canalisée, est un atout majeur.

Mélenchon enfin. Le grand tribun, enfant de Mitterrand et de Rosa Luxembourg , personnalité politique hybride. Plus tout à fait socialiste mais pas encore tout à fait communiste. Mélenchon s’envole, Mélenchon enflamme et s’enflamme. Il ne se résigne pas et cette joie à faire campagne, à porter l’espoir à nourrir le rêve révolutionnaire de ce pays est un formidable atout pour la gauche et la France.

Car il a rouvert la voie à cette poétique de la politique qui ne mène peut être pas a l’Elysée mais nourrit  politiquement et dans la durée une alternance dont ce pays à soif, sclérose qu’il est par 17 ans de droite.

Mélenchon irrigue la gauche de ses vers hugoliens, ses coups de semonces prolétariens et son respect plébéien.

Comment imaginer que la nouvelle majorité pourra se passer de lui dans les 5 ans qui viennent ?

Quel que soit le résultat du 6 mai, François Hollande qui possède à nul autre pareil, le sens politique du rassemblement saura, malgré les pressions de ceux qui veulent en être, proposer le meilleur rôle pour chacun des trois dans la nouvelle page qui s’écrira pour la gauche.

JL Mélenchon lors de la défense des retraites, 2010 - © Razak

JL Mélenchon lors de la défense des retraites, 2010 - © Razak


A Lire Aussi :

– Pourquoi Sarkozy file droit vers la défaite par Dante

– Lettre de Sarkozy aux Français : n’est pas Mitterrand qui veut par Hemingway

– Penly, “l’incident industriel” qui radioactive la question nucléaire par RichardTrois

– Hollande / Royal : la photo choc et la photo pschitt par Arsinoé

– Sarkozy : pas de programme mais du Bayrou en orbite  par Lautréamont

– Le don de voyance de François Hollande par Renaudot

– Vers un ” croisement des courbes ” à l’envers : de nouveau le doute à l’UMP par Beaumarchais

9 Commentaires

  1. Ping : NKM huée à Sciences-Po : porte-parole de Sarkozy, un métier de chien « Ze Rédac

  2. Il est de fait que ces trois-là (si ils sont écoutés ce que je souhaite vivement) vont donner une autre envergure à une présidence de gauche

  3. Ping : De Le Pen à Bayrou, le grand écart de Sarkozy « Ze Rédac

  4. Ping : L’union sacrée face à Sarkozy « Ze Rédac

  5. Ping : Sarkozy ou comment donner des leçons quand on a ruiné son quinquennat en 2 photos « Ze Rédac

  6. Ping : Bettencourt, Wildenstein : la France Forte de la Fraude Fiscale ? « Ze Rédac

  7. Ping : Sarkozy : la méthode Coué « Ze Rédac

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s