Lettre de Sarkozy aux Français : n’est pas Mitterrand qui veut 11

Par Hemingway

La Lettre de Nicolas Sarkozy au peuple français

Ce devait être un livre, c’est finalement une lettre aux Français qu’a choisie Nicolas Sarkozy pour expliquer le sens de sa candidature. Cela vous rappelle quelques chose ? Oui, bien sûr : la Lettre à tous les Français de François Mitterrand en 1988.

A croire que le président sortant recherche dans le passé le talisman de la victoire. La même volonté d’entrer tardivement en campagne que François Mitterrand en 1988, les mêmes équipes autour de lui qu’en 2007, les mêmes thèmes et la même méthode de campagne, la même stratégie électorale, la même place que celle où il avait fêté sa victoire pour faire son dernier grand meeting d’avant premier tour, et finalement le même support de communication en direction des Français que l’ancien président socialiste.

Mais n’est pas François Mitterrand qui veut.

Il ne suffit pas de le copier pour assurer sa réélection.

Il ne suffit pas d’écrire « sans intermédiaire » aux Français pour gommer cinq années de mépris pour le plus grand nombre au profit d’une proximité malsaine avec les plus fortunés alors que le peuple français appelait affectueusement François Mitterrand « tonton ».

Il ne suffit pas de se mettre dans les pas de François Mitterrand pour prendre de la hauteur et se draper de la dignité présidentielle.

Tout ou presque distingue l’ancien et l’actuel président de la République.

Le ton des lettres d’abord. François Mitterrand, homme à la plume facile, avait su créé un lien de confidence, de complicité avec les lecteurs, comme s’il écrivait à des membres de sa famille. La lettre de Nicolas Sarkozy, bien écrite au demeurant, manque de cette chaleur entre l’auteur et les lecteurs et marque ainsi symboliquement la distance existant entre le président sortant et ses concitoyens.

Quand, dans sa lettre, Nicolas Sarkozy parle de la France, François Mitterrand parlait des Français et de la France, c’est toute la différence.

Quand les mots clef des grands chapitres de la Lettre à tous les Français étaient paix, cohésion sociale, moderniser, développer, équilibrer, construire, culture, la Lettre au peuple français de Nicolas Sarkozy débute par les thèmes de l’insécurité, de l’immigration, du risque communautariste, du danger du droit de vote pour les étrangers.

Au plaidoyer vibrant de François Mitterrand pour une Europe de paix et de prospérité, font écho les reproches de Nicolas Sarkozy adressés à l’Europe passoire qui doit devenir une forteresse.

A la conception mitterrandienne d’un président responsable et arbitre, Nicolas Sarkozy oppose celle du président qui ne doit pas se cacher derrière son premier ministre, c’est-à-dire finalement celle de la continuité de l’omni-présidence.

Lorsque François Mitterrand, dans de belles  lignes où affleure son monde spirituel, concluait sa lettre en faisant l’éloge d’une jeunesse aiguillonnée par  » une immense curiosité, un énorme appétit de voir et de connaître, un besoin d’échange et d’amour « , Nicolas Sarkozy propose aux jeunes une caution bancaire.

Au final, indépendamment des qualités littéraires de l’un ou de l’autre, ce sont deux visions du monde et deux conceptions de l’engagement politique qui s’opposent dans ces lettres.

François Mitterrand a tenté, en 1988, de montrer à ses compatriotes la voie d’un vivre ensemble apaisé. En 2012, Nicolas Sarkozy donne à vivre la France comme une citadelle assiégée qu’il faut protéger. C’est toute la différence entre la France unie et la France forte.

Nicolas Sarkozy conclue sa lettre en écrivant : « J’ai besoin de vous ». François Mitterrand ouvrait la sienne en disant : « Je veux vous parler de vous, de vos soucis, de vos espoirs et de vos justes intérêts ».

Toute la différence entre les deux personnages est résumée en ces quelques mots. Et ces quelques mots expliquent la différence de popularité entre les deux présidents au moment de solliciter un second mandat.


A Lire Aussi :

–  Penly, “l’incident industriel” qui radioactive la question nucléaire par RichardTrois

– Hollande / Royal : la photo choc et la photo pschitt par Arsinoé

– Sarkozy : pas de programme mais du Bayrou en orbite  par Lautréamont

– Le don de voyance de François Hollande par Renaudot

– Vers un ” croisement des courbes ” à l’envers : de nouveau le doute à l’UMP par Beaumarchais

– Rennes lance le sprint final par Dante

11 Commentaires

  1. Ping : Pourquoi Sarkozy file droit vers la défaite « Ze Rédac

  2. Ping : Pourquoi Hollande fera avec Royal, Montebourg et Mélenchon « Ze Rédac

  3. Pas de formule de politesse à la fin de cette « Lettre aux Français » . Aucun doute, c’est bien du Sarkozy

  4. Ping : NKM huée à Sciences-Po : porte-parole de Sarkozy, un métier de chien « Ze Rédac

  5. Ping : De Le Pen à Bayrou, le grand écart de Sarkozy « Ze Rédac

  6. Ping : L’union sacrée face à Sarkozy « Ze Rédac

  7. Ping : Sarkozy ou comment donner des leçons quand on a ruiné son quinquennat en 2 photos « Ze Rédac

  8. Ping : Bettencourt, Wildenstein : la France Forte de la Fraude Fiscale ? « Ze Rédac

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s