Projet Sarkozy l’arlesienne 9

par Aristote

Nicolas Sarkozy prononce son discours à la Jeunesse - © Razak

Sarkozy samedi prononce son discours à la Jeunesse - © Razak

Où est passé le projet de Nicolas Sarkozy ? Où est-il et quand le présentera-t-il ? Nul ne le sait. Annoncé à grand renfort de  » vous allez voir ce que vous allez voir !  » il devait être présente hier lundi. Puis il a été repoussé à jeudi… Et finalement, on devrait découvrir le petit libre bleu du candidat  UMP la semaine prochaine avec une pré -présentation jeudi  et une sortie définitive du fascicule après Pâques.

Beaucoup d’atermoiements pour ce projet car tout Nicolas Sarkozy qu’on est, on en reste pas moins ficelé, comme les copains, par des contraintes budgétaires qui ne permettent pas de dire tout et n’importe quoi en la matière.

Sarkozy a beau annoncer urbi et orbi qu’il fera des propositions fortes, encore faut-il les trouver et il semble que ça rame sévère dans la petite équipe pour dénicher la mesure qui va mordre l’opinion, organiser le débat autour d’elle et lui permettre de changer la météo de ce second tour qui décidément ne semble pas vouloir bouger, même si le premier est en net progrès.

Contraint à prendre des risques considérables, Sarkozy repousse et repousse encore et laisse un peu plus de temps à Emmanuelle Mignon, sa tête pensante qui avait fait en grande partie sa victoire en 2007. Construire un projet en quelques semaines n’est pas chose aisée même si elle s’est entourée d’une équipe de jeunes énarques et hauts fonctionnaires. Ça turbine, ça fouille mais pour le moment, ça ne trouve pas.

D’où ce spectacle étonnant d’un candidat qui rugit sur à peu près tout ce qui bouge, surtout les syndicats, procéde à des démonstrations de force demie journée par demie journée,  grignote des points mais ne va pas à l’essentiel  : trouver son marqueur de 2012.

Il n’y arrive tout simplement pas et ceci explique aussi la probable non parution de son livre annonce lui aussi puis repoussé avant de disparaître probablement dans les limbes du pacifique.

Sarkozy s’agite, fait le spectacle pour tenter de masquer ce qui se voit de plus en plus chaque jour : la vacuité de sa vision pour ce pays et son incapacité à le projeter dans un futur qui dépasse le simple cercle de son nombril.


A Lire Aussi :

– Desesperado Sarko par Saint-Simon

– On aura tout vu : Sarko fait de la démocratie participative par Dante

– L’insupportable logorrhée de Sarkozy par Lautréamont

– Sarkozy dur comme l’acier avec les ouvriers d’ArcelorMittal par Renaudot

 


Photo :  © Razak

9 Commentaires

  1. Ping : Mélenchon confirme son envol « Ze Rédac

  2. Ping : Hollande de combat « Ze Rédac

  3. Ping : Affaire Bettencourt : Sarkozy dément et… se contredit « Ze Rédac

  4. Merci d’avance à François Hollande de nous offrir une nouvelle victoire du Front Populaire qui jettera aux oubliettes le digne successeur de Daladier et de Pétain !

  5. J’AI PU ME LE PROCURER, malheureusement, je ne peux pas le poster avec la mise en forme sur les commentaires de cette page. Je vous l’envoie en « brut ».

    Programme

    de l’UMP

    et de son candidat à l’élection présidentielle

    NICOLAS SARKOZY

    1 Mettre fin au service public.

    Ce n’est un secret pour personne qu’il y a en France beaucoup trop de fonctionnaires : eux et les syndicats, ils ne font rien d’autre que de parasiter la bonne parole que j’adresse au peuple français.
    Avec l’aide de mes ministres, j’ai déjà pu entamer au cours de mon premier mandat ma mission de dégraissage de la fonction publique. Celle ci (la fonction publique, pas la mission) est couteuse et ne me sert à rien, au contraire, elle est plutôt gênante pour les entrepreneurs privés qui viennent s’en plaindre auprès de moi presque quotidiennement.
    Aussi, c’est avec fierté que je peux dès à présent vous annoncer mon projet de suppression pure et simple de l’hôpital public dans les cinq ans à venir. Des cliniques privées le remplaceront avantageusement, les tarifs qu’elles pratiqueront leur permettant d’offrir des salaires attractifs aux meilleurs praticiens.
    De la même façon, l’école de Jules Ferry, qui est porteuse de valeurs dépassées et misérabilistes, se verra limitée à devenir une garderie pour les indigents. Je ne reviendrai pas sur le principe de la gratuité qui semble si cher à certains doctrinaires de gauche, mais il semble évident que l’école, qui a un coût, ne pourra fonctionner sans une participation des familles. La cantine sera obligatoire et ne sera plus subventionnée, les manuels scolaires et les fournitures seront à la charge des familles. Le chauffage des salles de classes sera supprimé : il ne sera d’ailleurs plus nécessaire puisque 60 élèves dans une salle de 36m² seront suffisants pour maintenir une température adéquate. Il ne faut pas qu’il fasse trop chaud dans les classes, sinon les enfants des pauvres vont s’endormir.
    La police verra également ses effectifs réduits. Elle sera progressivement remplacée par des milices privée, d’une part, et par différents fichiers informatiques qui pourront être croisés entre eux. Ceux ci prendront en compte les aspirations des individus, leurs opinions politiques, religieuses, leurs orientations sexuelles et toutes les condamnations dont ils ont fait l’objet, ainsi que leurs parents, grands parents et arrière grands parents. Pour compléter l’action de la police dont les effectifs, comme je l’ai dit, seront réduits, des barrières et des grillages assureront la séparation entre les différents quartiers. Elles pourront être franchies (par certains citoyens uniquement) au moyen des cartes d’identité biométriques qui seront bientôt mises en place, et qui contiendront tous les renseignements évoqués plus haut.

    2 Une république sans scandales.

    J’avais proposé en 2007 une république irréprochable. Des opposants chroniques et de mauvaise foi n’ont eu de cesse, à travers des organes de presse à leur botte, de dénigrer l’action du gouvernement, et ce qui est plus mesquin encore, la mienne.
    Il est temps de passer à des mesures plus radicales et plus efficaces : tout organe de presse, site internet ou chaine de radio-télévision qui se rendra coupable de médisance à l’encontre du pouvoir en place sera immédiatement interdit de publication.
    De même, il sera interdit de consulter des sites internet, journaux ou chaines de radio ou télé, qui n’auraient pas au préalable reçu une autorisation d’exercer émanant du ministère de l’intérieur.
    Les seules chaînes de télévisions autorisées diffuser des informations seront celles dont j’aurai moi-même nommé le directeur. Celui ci pourra être révoqué à tout moment s’il fait preuve de trop d’indépendance d’esprit.
    Les autres chaînes ne pourront émettre que des clips musicaux ou du sport ; et de la publicité, bien entendu, dans une proportion qui ne pourra pas dépasser 85% de leur temps total d’antenne (dans un effort pour promouvoir la culture).
    Il y a eu beaucoup trop d’abus, ces derniers temps, émanant de juges qui outrepassaient leurs fonctions. Il va de soi qu’un juge a pour tâche de condamner les bandits, et de les condamner lourdement de manière à les empêcher de recommencer.
    Comme je le disais dans mon livre : « Ne serait-il pas plus juste de réserver la prison à la seule punition des crimes et délits ayant porté atteinte à l’intégrité physique de la victime ? » Les abus de biens sociaux ne devraient donc évidemment pas faire l’objet de poursuites, puisque les biens sociaux, par définition, appartiennent à la société et que la société, c’est tout le monde. Le premier qui se sert a donc raison d’être le plus rapide : tant pis pour les autres !
    Trop de magistrats, sous le fallacieux prétexte de rechercher la vérité, s’érigent en véritable nuisances pour d’honnêtes citoyens qui n’ont fait que profiter comme ils l’entendaient de leur argent durement gagné.
    Les juges devront faire l’objet d’un examen de bien-pensance tous les trois ans. Si le juge est reconnu bien pensant, il pourra continuer d’exercer sa magistrature. Dans le cas contraire, il sera affecté à des travaux d’utilité collective dans les jardins de l’Élysée.

    3 Vaincre les chômeurs.

    S’il y a du chômage en France, ce n’est pas à cause de la crise, et encore moins à cause des entreprises du CAC 40, qui font tout ce qu’elles peuvent pour inciter les français à consommer, créant des besoins qu’ils ne pourront assouvir qu’en travaillant plus pour gagner plus !
    Non, s’il ya du chômage dans ce pays, c’est parce qu’il y a des chômeurs !
    Et ces chômeurs, ce sont des fainéants, encouragés dans leur vice par la gauche qui a inventé les indemnités de chômage.
    Pourtant, il existe un moyen simple de ramener tout ce monde là dans le chemin du travail : il suffit de supprimer les indemnités chômage.
    C’est ce que je m’engage à faire dans les six mois qui suivront mon élection : finis, les parachutes dorés pour les métallos ! Tous au boulot !
    Afin de permettre le plein emploi, et comme les budgets des entreprises pour payer leurs salariés ne sont pas extensibles, je supprimerai le SMIC, qui est un frein à la croissance de nôtre pays.
    Comme les logements libres sont toujours plus rentables lorsqu’ils sont loués à usage de bureaux ou pour des professions libérales, leurs tarifs seront hors de portée des budgets des chômeurs. Les logements en résidences universitaires (devenus inutiles) seront réquisitionnés par l’état pour être loués (à bon prix) à ces derniers. On appellera ça le programme « Piaule-Emploi ».

    4 Réhabiliter l’esclavage.

    Victor Schoelcher est mort, et d’ailleurs, qui dans ce pays se souvient encore de qui était Victor Schoelcher ? Un ami de la Princesse de Clèves ?
    Dans la droite ligne de la suppression du SMIC et des 35 heures, je m’engage à réhabiliter l’esclavage, et même à supprimer le mot esclavage de la langue française : on parlera désormais de contribution incompressible à l’effort de croissance (CIEC).
    La CIEC remplacera donc le SMIC, pour le plus grand bien des entreprises et de l’économie Française.
    Pour le plus grand bien des cités, aussi : vous ne verrez plus toutes ces bandes de désœuvrés qui traînent au pied des immeubles en vous regardant d’un œil torve, parfois même des deux ! Ils seront au travail, occupée par une CIEC, en train de faire quelque chose d’utile pour la société.
    Vous vouliez qu’on vous débarrasse de toutes ces racailles ?
    Et bien moi, je vais vous en débarrasser et je vais les mettre au boulot ! Vous allez voir : l’augmentation du chômage, elle va baisser.

    5 Augmenter mon pouvoir d’achat.

    Plus on travaille, plus on gagne : c’est normal.
    Mon premier message dans ce sens, en 2007, a été mal compris par certains, qui s’attendaient à recevoir plus d’argent en échange de davantage d’heures de travail. Ce n’est pas comme ça que ça marche.
    Comme c’est moi qui vous donnerai du travail, ce sera moi qui gagnerai plus.
    Bien sûr, mes amis fidèles, les super-donateurs de l’UMP, ceux qui m’invitent sur leurs yachts, ceux qui m’offrent des montres, ceux qui financent ma campagne électorale, seront aussi invités à partager les fruits de la croissance.
    Un nouveau bouclier fiscal sera donc mis en place, de telle sorte que les revenus supérieurs à un million d’euros par mois ne puissent être taxés au dessus de 10%. Avec une mesure comme ça, c’est l’autre Hollande qui l’aura dans l’os !
    Cette mesure sera radio… non, pardon rétro-active, et les gros contribuables qui ont trop payé au cours de ces dix dernières années seront remboursés de ce qu’ils ne nous doivent plus. Une étude de satisfaction dans mon entourage fait apparaître un taux de satisfaction de 100% pour cette mesure.
    Pour compenser les coûts, au demeurant minimes, de cette nouvelle fiscalité, j’ai décidé d’en appeler à l’effort national, par l’instauration d’une « TVA de solidarité » dont le taux sera de 37%.
    Mon salaire en tant que président de la république sera augmenté de 250%. Par ailleurs, afin d’assurer un avenir à ma petite Giulia dans ce monde de brutes, et comme elle est fille d’une chanteuse, j’ai décidé de la nommer à la tête de la SACEM, avec un salaire mensuel de 35 000 euros, pour commencer.

    6 Favoriser la mondialisation.

    Il n’y a pas à être pour ou contre la mondialisation : c’est une réalité, elle est là. Le mieux est donc de s’en accommoder.
    Les syndicats, dont le seul argument est de toujours se plaindre, toujours râler et ne jamais rien proposer, seront donc reconduits à une frontière de leur choix. Il est en effet de notoriété publique que tous ces agités sont à la solde de l’étranger. Nous les leur renvoyons : nous pouvons nous en passer !
    Certes, je l’ai déjà annoncé, je veux favoriser la notion du « acheter français ». Mais je n’ai jamais dit que ces produits français que vous alliez acheter, ils seraient fabriqués en France : si c’est moins cher de les faire fabriquer ailleurs, c’est l’intérêt de tous d’acheter français, mais fabriqué à l’étranger.
    La mondialisation est une chance pour la France : les ouvriers chinois sont tout de même plus disciplinés et moins chers que tous ces alsaciens pleins de vin blanc ou ces auvergnats pleins de gros rouge. D’ailleurs, comme disait un brillant économiste, « les auvergnats, quand il y en a un, ça va, mais c’est quand il y en a plusieurs qu’il commence à y avoir des problèmes ».
    Bon, allez, j’ai rien contre les auvergnats, d’ailleurs, l’auvergnat, de Johnny Halliday, c’est même une de mes chansons préférées.

    7 Que chaque sans-abri soit propriétaire de sa tente.

    J’ai été profondément ému et interpellé (et Carlita itou) par la vue de toutes ces tentes au bord du canal Saint Martin : les Ivanhoé ou quelque chose comme ça. Des gens qui n’avaient pas de toit, pas de maison à eux, pas d’endroit où habiter (à part la tente, bien sûr) et qui vivaient dans des tentes que leur avait prêtées une association ou un curé, je ne sais plus.
    Tu te rends compte, m’a demandé Carlita (qui est bien gentille, mais parfois je me demande si elle n’a pas été de gauche dans sa jeunesse) ces pauvres gens, ils vivent dans des tentes qui ne sont même pas à eux !
    Oui, que je lui ai dit. Dans quel état qu’y vont les rendre !
    Parce que c’est vrai, ça : il y en avait qui étaient déjà tout abimées, certaines avaient même des trous.
    Alors je me suis dit que si ces tentes étaient à eux, ils y feraient peut être plus attention !
    Je m’engage donc à ce que d’ici 2017, chaque sans abri soit propriétaire de sa tente. Je me suis déjà arrangé avec un copain à moi : si on les fait fabriquer en Chine, ça ne devrait pas leur coûter trop cher.
    Et qu’ils ne viennent pas se plaindre : ils ont de la chance d’habiter au bord de l’eau, au grand air. Moi, je ne peux pas en dire autant !

    8 Une meilleure école pour les meilleurs.

    Comme je l’ai déjà dit, l’école gratuite pour tous, sur l’antique modèle de Jules Ferry, ça coute cher et ça ne sert pas à grand chose.
    Si je vous disais que je veux apprendre à lire à une vache, vous trouveriez ça inutile, et vous auriez raison : une vache, ça donne du lait et ça n’a pas besoin de savoir lire. Et bien un ouvrier, c’est pareil, sauf que ça ne donne pas de lait. Alors, pas besoin de farcir le crâne des enfants d’ouvriers avec des tas de choses dont moi même je n’ai pas idée. Regardez moi : je n’ai pas lu la Princesse de Clèves et je suis quand même président de la république.
    Moins de professeurs pour les pauvres, mais un meilleur service (payant, tout de même) pour les autres. Il serait ainsi possible de recruter les meilleurs professeurs dans les meilleures écoles, au service des enfants de l’élite.
    Contrairement aux rumeurs que la gauche a pu faire courir sur l’un de mes ministres que sa modestie m’interdit de nommer, nos établissements d’excellence seraient ouverts aux étudiants étrangers, mais seulement aux meilleurs, bien sur. On n’y acceptera pas de français médiocres, alors pas question d’y accepter des étrangers médiocres !
    La sélection ne se fera pas sur les critères habituels, du type examen d’entrée ou au vu d’un quelconque dossier scolaire. J’ai décidé de moderniser le recrutement dans ces établissements d’excellence, lequel recrutement se fera désormais par cooptation censitaire. (C’est Copé qui a trouvé ce truc là, je trouve que ça fait bien !)
    Autrement dit, si vous êtes des copains à moi et que vous pouvez payer, vous pourrez mettre vos rejetons dans ces écoles.

    9 Sortir les quartiers difficiles de la République.

    Il est un fait que beaucoup de quartiers dits « sensibles » sont devenus des zones de non-droit, où même la police n’ose plus s’aventurer.
    D’ailleurs, comme le périmètre d’action de la police se réduit au fur et à mesure que ces zones de non-droit s’agrandissent, il semble logique qu’on ait besoin d’un nombre de moins en moins important de policiers. Comme je l’expliquais brillamment dans le premier point de mon programme, la police nationale est appelée à disparaître, pour être remplacée par des milices privées et des systèmes sophistiqués de sécurité.
    Pas de milices privées pour les quartiers sensibles, par contre, mais des grilles bien épaisses qui les sépareront du reste de la population.
    Les honnêtes gens du dehors, fichés comme il se doit en qualité d’honnêtes gens, pourront circuler librement à l’intérieur des espaces qui leurs seront alloués. Par contre, les racailles de cités, tous ceux qui sont musulmans d’apparence, gitans d’apparence ou noirs d’apparence, seront confinés dans les cités sensibles.
    Ces quartiers ne feront plus partie de l’espace républicain. Leurs habitants pourront s’y livrer à tous les trafics qu’ils voudront, sans risquer de représenter une gêne pour ceux, au dehors, qui auront été fichés comme honnêtes.

    10 Fraternité pour les hauts revenus.

    Je dois dire une nouvelle fois à quel point j’ai été scandalisé par les propositions démagogiques de François Hollande : il veut taxer les revenus supérieurs à un million d’euros à 75% !
    Vous vous rendez compte ? Un seul petit million et vous voilà considéré comme un riche, un exploiteur, un parasite ?
    Il est vital pour notre classe que nous soyons solidaires face à ces attaques. Nous ne nous laisserons pas confisquer nos biens, si durement gagnés par votre travail !
    Nous devons nous serrer les coudes, nous devons faire front (de droite) contre ces attaques stalino-bolcheviques.
    Car n’en doutez pas : il s’en prend aujourd’hui à nos revenus, mais demain, ce sera aux fondements mêmes de notre société qu’il s’en prendra. Il vous obligera à manger halal, ou kasher, ou même les deux.
    Tout comme on vous avait prédit l’arrivée des chars russes en 1981 (qui n’ont pu être retenus que par l’action que j’ai menée avec Alain Juppé auprès des autorités est-allemandes), je peux d’ores et déjà vous annoncer que si vous laissez les socialistes arriver au pouvoir, ils vous convertiront de force à l’islam et peut être même à la négritude !

    Ne laissez pas la gauche sanguinaire nous priver de ces biens que nous avons amassés grâce à votre travail !
    Réagissez : votez pour MOI !

  6. Ping : ” Ne change pas Nicolas, reste toi-même ! “ « Ze Rédac

  7. Ping : Sarkozy et l’islamisme : des questions troublantes « Ze Rédac

  8. Ping : Hollande / Royal : accord majeur « Ze Rédac

  9. Ping : François Hollande prêt à présider « Ze Rédac

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s