L’insupportable logorrhée de Sarkozy 10

Par Lautréamont

Il ne se sent jamais aussi bien que dans la diatribe, la brutalité verbale, la violence des mots, la suggestion des peurs. Et c’est à nouveau un festival Sarkozyste. Donnez-lui quelques demi-points d’avance, l’illusion d’une progression et voilà le petit Nicolas retombant dans sa tactique électorale la plus éprouvée et la plus éprouvante pour une démocratie : le cartouchage tout azimuts de tous.

La chasse est ouverte avec la cible récurrente depuis des jours : les syndicalistes. Il est vrai que pour la première fois, les syndicats affichent clairement leurs choix, et appellent à voter contre Nicolas Sarkozy. Qui aujourd’hui les accusent purement et simplement de trahisons chez Arcelor, suggérant qu’ils manipulent les ouvriers, affirmant qu’ils sont venus casser son QG.

Insupportable diatribe qui ne date pas d’hier. Souvenons-nous que Sarkozy a fait siffler les syndicats, à Marseille, à Villepinte et dans la plupart de ses meetings depuis son entrée en campagne. Ces horribles corps intermédiaires qui l’empêcheraient de pratiquer la démocratie directe. Une telle logique poussée au bout aboutit à la dictature. Nous n’en sommes évidement pas là mais Sarkozy pousse tous les feux.

Sur les syndicalistes donc mais aussi sur ses adversaires politiques. Les socialistes, laxistes, irresponsables, nuls, stupides, incompétents.

Un tourbillon de mots, une valse d’idée, et désormais de chiffres. La mise en scène est réglée comme du papier à musique sur la présentation de son projet qui tiendra sur un timbre poste, amorcée ce matin dans l’est  républicain : 115 milliards d’efforts, dont 75 de réduction de dépenses.  Deux chiffres cloués : 115/75. Tambourinés pendant toute la semaine  jusqu’à jeudi, jour de la présentation du projet complet. Attendez vous a savoir, nous annoncent les équipes du candidat. On attend, la mesure fétiche, son « travailler plus pour gagner plus » qu’il n’a toujours pas trouvé.

Comptons sur lui également pour tirer profit du congrès de l’Union des Organisations Islamistes de France qui se déroule au Bourget et qui devrait lui offrir l’occasion d’une nouvelle diatribe sécuritaire, lui qui fut l’invité d’honneur de cet UOIF qu’il a donc lui même  crédibilisé, en 2003, lorsqu’il était ministre de l’intérieur.

Beaucoup de bruits, une logorrhée épuisante pour tenter de desserrer l’étau  qui se resserre sur les affaires. Chaque jour, une nouvelle révélation dans l’affaire Bettencourt. Les politiques, eux semblent désormais emboîter le pas de Ségolène Royal en évoquent publiquement désormais ces affaires et l’immunité présidentielle du chef de l’Etat.

Encore une semaine de tournis et de logorrhée. Pour gagner quelques demi-points… Et tenter de faire mentir les sondages, qui, pour le second tour, restent invariables et donnent  François Hollande vainqueur le 6 Mai prochain.


A Lire Aussi :

– Sarkozy dur comme l’acier avec les ouvriers d’ArcelorMittal par Renaudot

– Campagne pour Hollande, après Montebourg, Royal entre en piste par Dante

– Financement illégal de la campagne de 2007 : la pression s’accroit sur Sarkozy par Saint-Simon

– Batho et le petit Sarko par Lautréamont

– Sarkozy, une campagne en sifflets par Beaumarchais

10 Commentaires

  1. Que cette campagne est longue et fatigante ! Vivement le 22 avril, jour de mon anniversaire , est-ce un signe ? Je suis incline à le croire car mon premier cadeau espéré est la chute, à l’annonce des résultats du premier tour, du pire représentant de la République Française, le Président Nicolas Sarkozy !

  2. En vue d’un éventuel débat de 2ème tour et si les sondages sont fiables (?), François Hollande a, peut être, le plus grand intérêt à se préparer à ce que Nicolas Sarkozy lui refasse le genre de sortie qu’il a osée face à Laurent Fabius dans l’émission DPDA.

    A savoir, une liste de certaines des amabilités que ses amis du Parti Socialiste ont eues à son attention au fil des années et que l’on découvre parfois au détour de certains forums.

    Donc, si je pouvais me permettre une suggestion, ce serait celle de la dissuasion.

    La littérature que l’on trouve aisément dans le registre des « mots doux » dont les politiques ont le secret, n’est pas avare de propos d’éminants membres du RPR ou de l’UMP à l’attention de Nicolas Sarkozy.

    J’ai en mémoire notamment celle de Jacques Chirac dont plusieurs versions circulent, mais dont la meilleure est certainement celle de Ghislaine Ottenheimer dans le Fiasco (chez Albin Michel 1996) :

    « Sarkozy, il faut lui marcher dessus. Pour deux raisons. Un, c’est la seule chose qu’il comprenne. Deux, ça porte chance. »

  3. Ping : On aura tout vu : Sarko fait de la démocratie participative « Ze Rédac

  4. Ping : Desesperado Sarko « Ze Rédac

  5. Ping : Desesperado Sarko « Ze Rédac

  6. Ping : Mélenchon confirme son envol « Ze Rédac

  7. Ping : Projet Sarkozy l’arlesienne « Ze Rédac

  8. Ping : Hollande de combat « Ze Rédac

  9. Ping : Affaire Bettencourt : Sarkozy dément et… se contredit « Ze Rédac

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s