Henri Guaino s’accroche aux rideaux de la civilisation 9

par RichardTrois

Maréchal Liautey

Sécurité, immigration, civilisation, voilà le triptyque du Sarkozy nouveau que le conseiller spécial, Henri Guaino nous a servi hier dans une étonnante interview accordée à Libération.

Henri Guaino y décrit une société  » à la merci d’une violence qui se répand partout, dans la société, dans l’économie, dans le travail, dans la rue… « . Qui pourrait d’ailleurs le contredire quand on voit le nombre de suicides au travail ou simplement l’explosion des faits de violence aux personnes. Voilà donc un conseiller spécial du Président de la République qui dresse un constat d’échec accablant pour lui, son candidat et la droite au pouvoir depuis 10 ans. Même pas peur le Guaino… si certain de voir la peur, les peurs alimenter encore et toujours le fonds de commerce d’une droite qui a perdu le cap.

Etonnante interview où l’incohérence du discours d’Henri Guaino frappe d’emblée le lecteur. Ainsi le conseiller spécial explique que l’on ne peut imputer ce crime monstrueux de Toulouse à la société et à ce même climat de violence et de  » malaise profond  » installé dans le pays. Tout en professant que ce crime à la portée universelle  » révèle et amplifie le malaise « . On aurait aimé lui demander à quoi sert un pouvoir politique quand il laisse une société gangrénée par ce malaise, cette violence diffuse, laquelle prospère sur le recul programmé de la République dans les quartiers les plus pauvres. Il faut pour cela lire l’article du journaliste Paul Moreira où il décrit l’abandon des quartiers « populaires » de Toulouse, quartiers où les habitants ne voient plus de policiers depuis si longtemps et ont appris à faire sans…

Surprenant Guaino qui se démarque à peine des mots employés par Patrick Buisson lorsque celui-ci parle de «  déferlante migratoire  » mais pour mieux expliquer que notre modèle social serait menacé par l’immigration. Et surtout pour ensuite nous expliquer que la question essentielle de cette campagne, celle que va porter Nicolas Sarkozy dans cette campagne est de savoir  » dans quelle civilisation nous voulons vivre ? « .

Ah la civilisation … En voilà un beau mot qui renvoie tout à la fois à la  » politique de civilisation  » d’Edgar Morin, que Nicolas Sarkozy cita une fois à peine, pour nous souhaiter la bonne année comme aux dérapages calculés d’un Claude Guéant péchant les voix du Front National.

On ne peut s’empêcher d’imaginer Henri Guaino juché le cheval blanc du Maréchal Lyautey, imitant grossièrement Malraux comme à Villepinte et discourir sur les bienfaits de la mission civilisatrice de la France. Le cauchemar… C’est pourtant bien ce cauchemar qu’il nous sert dans cette campagne.

Mais attention la corde est sensible. Très sensible chez Henri Guaino qui explose à chaque fois qu’on lui rappelle les mots « civilisateurs » et insultants qu’il a écrit pour le discours de Nicolas Sarkozy à Dakar.

Ainsi est-il hier sorti à nouveau de ses gonds. « Malhonnête », « inconvenant », « impoli », « grossier », « honteux », « caricatural », rien de moins, voilà comment il a cherché à clouer au pilori l’écrivain Marie Darrieussecq sur France Culture. Marie Darrieussecq ne faisait que lui rappeler ce discours honteux, déshonorant pour la Nation prononcé à Dakar. Et le voilà hors de lui exactement comme lors de ce débat sur France 3 où ne se maîtrisant plus, il avait failli quitter le plateau à l’évocation de ce discours si éloigné de toute politique de civilisation…

Henri Guaino ferait bien de se calmer, de redescendre de son cheval de Maréchal et d’aller au contact du peuple de France. Ou à défaut d’étudier avec Patrick Buisson son collègue de chambrée et néanmoins spécialiste es-sondage, les dernières enquêtes d’opinion. Lesquelles Enquête produisent toujours et encore les mêmes constats, encore jamais démenti y compris après l’horreur de Toulouse. Les citoyens Français ont des soucis très immédiats qui confinent à l’essentiel, à la vie quotidienne, si ce n’est pour beaucoup à la simple survie : emploi, pouvoir d’achat, éducation, logement…

Alors Henri Guaino peut toujours s’accrocher aux rideaux de la Civilisation, en appeler à la dimension tragique de l’Histoire, lui et son candidat sont bien loin des besoins immédiats des Français. Et ils auront du mal à répondre à ces besoins tant le bilan de 5 ans de Sarkozy est simplement accablant.


A Lire Aussi :

– Méprisance et médisance, les deux mamelles du Sarkozysme par Lautréamont

– Affaire Bettencourt / De Maistre : ça sent le roussi pour Sarkozy par Saint-Simon

– Sarkozy : quand c’est cassé, c’est cassé par Dante

– Sarkozy ou la stratégie de la truite par Aristote

 Quand Sarkozy invente le chômage qui baisse tout en augmentant par Renaudot

– Ne plus laisser respirer Sarkozy par Dante

9 Commentaires

  1. Ping : Méprisance et médisance, les deux mamelles du Sarkozysme « Ze Rédac

  2. Ping : Le pont Borloo sur la rivière Sarkozy « Ze Rédac

  3. Ping : Porter le fer sur les faiblesses de Sarkozy « Ze Rédac

  4. Ping : Page Introuvable. « Ze Rédac

  5. Ping : NKM touchée par la grâce « Ze Rédac

  6. Ping : Taisez-vous Cahuzac ! « Ze Rédac

  7. Ping : Sarkozy aime Mélenchon… qui ne le lui rend pas « Ze Rédac

  8. Ping : Cécilia & Nicolas lavent leur linge sale en public « Ze Rédac

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s