Instrumentalisation du drame de Toulouse : Sarkozy mis en échec 7

par Hemingway

Nicolas Sarkozy à Montauban ce 21 mars 2012 pour rendre hommage aux militaires assassinés.

Une heure et demi après la mort de Mohamed Merah, le président de la République que l’on avait connu plus prompt, tenait jeudi une conférence de presse pour rendre hommage aux forces de police et annoncer des mesures immédiates pour lutter encore plus efficacement contre le terrorisme, décisions nécessitant l’adoption d’une loi pénale.

Jusque là, rien que de très habituel. A chaque fait divers marquant l’opinion, Nicolas Sarkozy a répondu ces dernières années par une loi de circonstance, s’empilant sur celles qui existaient avant, les contredisant souvent, les répétant parfois, sans que jamais leur efficacité ne soit mesurée.

Comment donc s’étonner que dans la foulée d’un événement aussi dramatique que la série de meurtres de Toulouse et Montauban et aussi spectaculaire que la mise hors d’état de nuire du tueur, le président sortant n’ait pas résisté à son penchant d’annoncer, sous le coup de l’émotion – la sienne et celle des Français –, une nouvelle loi ?

Ce vendredi matin sur RTL, François Fillon a été chargé du service après-vente en exprimant le souhait que l’adoption de ces mesures par le Parlement soit rapide, si possible avant l’élection présidentielle qui aura lieu, rappelons-le, dans moins d’un mois.

C’est sur ce point que nous sortons de l’ordinaire qui nous est servi depuis dix ans. La convocation du Parlement à moins de trente jours de l’élection présidentielle serait en effet contraire à l’usage républicain qui veut qu’on ne légifère pas durant une campagne électorale, qui plus est si celle-ci peut changer l’orientation politique de la Nation. A tel point que le doute existe même sur la constitutionnalité d’une telle loi si elle était adoptée dans ces conditions.

Le piège tendu aux socialistes est grossier : s’ils acceptent de voter cette loi, ils valident l’initiative du président sortant candidat à sa réélection et ils le renforcent. S’ils refusent, ils rompent le consensus républicain formé autour du drame et démontrent leur laxisme en matière de sécurité.

Est-ce déja l’effet apaisant du centriste Jean-Louis Borloo ? A la mi-journée aujourd’hui à Valenciennes, changement de pied de Nicolas Sarkozy : «J’ai annoncé des mesures. On les fera passer au Conseil des ministres. Les élections ont lieu dans un mois et demi et dans un mois et demi, ce sera une des premières mesures que je ferai passer si les Français me font confiance. S’il y a un consensus (…) on verra. Il ne faut pas sur une affaire aussi sérieuse qu’il y ait le moindre soupçon d’arrière-pensées. S’il faut attendre un mois et demi, on attendra un mois et demi ».

Comment expliquer ce changement subite quelques heures seulement après l’interview du premier ministre sur RTL, dont le contenu a été défini avec le président ?

Parce que les socialistes, sur consigne de François Hollande, n’ont pas foncé sur la muleta agitée sous leur nez et ont simplement opposé, sans en rajouter, sans multiplier les déclarations, une fin de non-recevoir de principe, ferme et polie à cette proposition ?

Parce que Nicolas Sarkozy a eu peur de tomber de son piédestal en se faisant prendre la main dans le sac d’un tripatouillage politicien ?

Parce que la procédure proposée est bancale juridiquement et risquée politiquement car contraire à l’esprit des institutions, au point de susciter des remous au sein même du gouvernement ?

Quoi qu’il en soit, Nicolas Sarkozy a reculé et c’est assez rare pour le souligner. Et François Hollande, fidèle à sa ligne dans cette affaire, n’a pas surenchéri. Prouvant ainsi si besoin une nouvelle fois, que Nicolas Sarkozy a tort de continuer à le sous-estimer.

Le Monde rapporte ce samedi une confidence faite par le candidat UMP à l’un de ses journalistes : « il n’est pas bon et ça commence à se voir. Hollande est nul ! ». Pour l’instant M. Sarkozy, le « nul » vous salue bien.

 

7 Commentaires

  1. Ping : Sarko, Le Pen, Hollande, Mélenchon, à J-29, ça castagne « Ze Rédac

  2. Si il y a un nullard professionnel c’est bel et bien Sarko.Sous estimer qui que ce soit n’est surement pas une preuve d’intelligence,encore moins prendre les gens pour des imbeciles.L’intelligence est une question d’appreciation c’est donc selon!

  3. Ping : Sécurité : Sarkozy, ce procureur impuissant « Ze Rédac

  4. Ping : Royal inaugure la web radio de Hollande « Ze Rédac

  5. Ping : Ces “faits divers” que Sarkozy ignore « Ze Rédac

  6. Ping : Bilan et projet : le « sarko man’s land » de la campagne « Ze Rédac

  7. Ping : La campagne Nananananère « Ze Rédac

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s