Sarkozy à Lyon : Lettre ouverte à Nicolas 16

Par Dante

Il osera tout. Il tentera tout. Il crachera tout. Car c’est un cracheur de feu qu’on a vu, à Lyon. Une sorte de gorgone masculine, débitant ses insultes, le visage grimaçant, écoutant les acclamations de la salle, et les huées lorsqu’il pilonne François Hollande, et les syndicalistes qu’il a fait recevoir à coup de lacrymo jeudi devant son QG à Paris.
Les maudits corps intermédiaires. Honnis, détestés, tout ce qui fait écran entre lui et le peuple. Nous rappèlerons que ces corps intermédiaires sont les garants de la démocratie et lorsqu’ils disparaissent, nous approchons lentement mais sûrement d’un régime, si ce n’est dictatorial, au moins monarchique.

Quelle pulsion anime  désormais le candidat de l’UMP ? À le regarde grimacer, tout en muscle, tout  en énergie d’un taureau de combat, furieux, haranguant la foule sur Hollande traître irresponsable, cynique et menteur, on a l’impression de revoir le Sarkozy de Bercy, en mai 2007, exhortant ses troupes à liquider mai 68, une grande messe brutale, à la testostérone, renforcant l’inquiétude sur ce que l’on pressentait déjà  du personnage.

Maintenant, nous savons.

Aujourd’hui, le revoilà, maniant les mots comme des sabres. Il y a plusieurs sabres. Les sabres du mal, qui tranchent l’adversaire et les sabres du bien, qui tranchent l’obscurité. En ce domaine, Nicolas Sarkozy ressemblait plus à Dark Vador qu’à Luke skywalker.

Une force qui détruit, segmente, pulvérise, divise. L’essence du bien étant d’unir, celle du mal de diviser. Et il ne fait que cela. Diviser, broyer, sabrer ce qui lui résiste. En appeler au pire en nous même. Les pulsions les plus destructrices, les plus étriquées, les plus violentes. A-t-on jamais entendu Sarkozy parler d’humanisme, aborder avec subtilité une question fondamentale, jamais. Avec lui une porte est ouverte ou fermée. Avec lui, on est pour ou contre, on est avec lui ou contre lui. Aucun espace pour respirer, se poser, dialoguer. Avec lui, tout est top-down, du chef au peuple et du peuple au chef.

Il fallait le voir, à la tribune, ivre de lui-même et presque pathétique  car mon petit bonhomme, cette fois, tu ne nous referas pas le coup.

Et comme tu te permets de tutoyer le peuple de France, me voilà te tutoyant en retour.

Tu ne nous sidèreras pas avec tes mots valises, et tes phrases tonitruantes qui affirment une chose au début et la contredisent à la fin. Non, tu ne nous empoisonneras pas le cœur avec ce tournis verbal cette logorrhée syncopée que te sert au km Henri Guaino. Ces répétitions « je n’ai pas de leçon à recevoir » comme  un mauvais mantra. Le mantra de l’obscurité.

Non, tu ne nous feras pas sombrer du côté obscur de ta force, de ta vision du monde ou le fort écrase le faible, ou le pognon est le maître étalon, ou la vulgarité l’emporte sur le raffinement. Je te voyais marcher hier, dans les couloirs du grand journal, les jambes légèrement écartées, les épaules roulant un peu. Et j’avais presque honte de cette démarche.

Non, tu ne nous referas pas le coup de ces coups de butoirs émotionnels, de ces mises en scène façon péplum, chargées de frapper nos esprits, de nous inoculer cette contre-vérité : la force peut tout.

Non ta force ne peut rien, en tout cas pas celle-là. La force n’est rien sans la justice. Elle n’est rien sans le désir de paix qui doit l’animer. Elle n’est rien sans la bonté. Elle n’est rien sans la clairvoyance.

Ta force brute ne peut plus rien et que tu le veuilles ou non, tu n’es plus qu’une sorte de petit garçon capricieux qui s’agite à une tribune pour garder son jouet. Car c’était bien cela, n’est ce pas, la France pour toi ? Un jouet. Tu le voulais. Tu l’as eu et qu’en as tu fait ? Rien. Tu aurais pu, avec ton énergie phénoménale, tout changer, tout bouger. Construire, edifier, de policer, murir, grandir. Mais non. En fait seul t’interessait la conquête, pas l’exercice du pouvoir. Tu nous as pollué avec ta psychanalyse à ciel ouvert, tes tourments avec tes femmes, tes états d’âmes, tes amours.

Que les dirigeants passés présents et futurs comprennent que nous ne voulons pas savoir. Non, nous ne voulons pas savoir ce qu’ils éprouvent ressentent, qui ils aiment et pourquoi ? Nous sommes à l’overdose de leurs sentiments personnels, à la nausée de leur crise d’adolescents attardés, de leur romance à l’eau de rose qui nous prennent en otage, c’est valable pour toi, président, mais pour tous.

Ton désir, ton plaisir, tes blessures secrètes, on s’en moque, comme celles des autres d’ailleurs. Rendons grâce à François Hollande de ne pas nous infliger ses états d’âme. On perd peut être en héroïsme mais on gagne en relation saine.

Voilà, Nicolas, ta force ne nous hypnotisera pas, ne déclenchera pas en nous ce que tu veux qu elle déclenche. La jouissance des forts sur les faibles, le sentiment d’ivresse et de gloire.

Nous ne voulons pas de ta force obscure. Nous voulons la bienveillance, la compassion, la justice et le respect. Tout le reste est dérisoire parce qu’excessif. Tu m’as fait penser hier à ce vieil enfant capricieux, ridicule et épuisant. Casse toi, pov môme.


A Lire Aussi :

– Villepin : tout ça pour ça … par Saint-Simon

– A Lyon, Nicolas Sarkozy trépigne … encore par RichardTrois

– Sarkozy : de Villepinte au “Grand Petit Journal”, l’illusionniste par Lautréamont

– Carla : dodo l’enfant do par Matrix

16 Commentaires

  1. La lecture de ce papier m’a inspiré des sentiments hyperboliques proches de l’ivresse de lire enfin le vrai, le juste, l’authentique.

    Où sont donc passés vos confrères? Trop occupés à cirer des pompes? A écrire des banalités? Fabriquer des sondages pour saper les cœurs les mieux accrochés?

    Vous êtes quant à vous vraiment indispensables à cette campagne ou il est surtout question de nous duper, savamment, méthodiquement. De nous hypnotiser tel kaa, le python du Livre de la jungle: « Aie confiance, fie-toi à moi »!

    Il est facile d’imaginer ce qu’il adviendra de nous si nous ne regimbons pas de tout notre être pour dire « Non » avec la force, la conviction et l’énergie que vous y mettez vous-même afin d’écrire ce papier.

    Décidément, vous êtes irremplaçables!

  2. Sarkozy et le mensonge permanent. Comme celui sur la Grèce qui le voit accuser le PS de l’avoir laissée rentrer dans l’Union Européenne. C’est oublier que la Grèce est membre de l’UE depuis le 1er Janvier 1981 soit 5 mois avant le 10 mai, jour de l’élection de François Mitterrand.
    Cette entrée ayant par ailleurs été initiée en 1961, sous de Gaulle. La grand Charles que la politique de Sarkozy renie tant.

  3. Merci beaucoup de savoir dire comment et pourquoi ce poison insidueux a pu hypnotiser les Français. Pourquoi et comment il est dangereux, extrêmement dangereux, pour nos libertés, la liberté, la France et ses valeurs d’humanisme.
    Puisse des milliers de twitter relayer vos mots et les faire voyager sur la toile, ils sont importants et vos confrères, oui, devraient s’en inspirer.

    • Puissent des milliers de twitter relayer vos mots et les faire voyager sur la toile, ils sont importants et vos confrères, oui, devraient s’en inspirer.

  4. Si nous ne sommes pas tous infantilisés, crétinisés, cette attitude d’ado hyperactif qui a complètement perdu tout sens des réalités, et qui s’agite fébrilement pour retarder le moment où on va voir l’ampleur de ses tricheries, tripatouillages et magouilles diverses, cette attitude va le discréditer durablement, voire définitivement.
    Rien ne serait pire pour la France et l’Europe qu’un nouveau mandat pour ce roitelet qui passe ses désirs, et le confort de l’avenir de ses proches en tête de toutes ses priorités. Serons-nous encore assez nombreux à l’avoir compris le 22 avril et le 6 mai prochains ?

    • Je ne suis pas optimiste du tout pour le premier tour, car encore et toujours le peuple de gauche se trompe d’adversaire et d’objectif me semble-t-il.

  5. Je me permets de poster de nouveau un commentaire que j’ai laissé sur le forum de Libé.
    Cela parle des mauvais sentiments qu’il essaye de susciter en nous.

    Ils veulent un couillu, un John Wayne qui boit d’un trait son scotch et crache par terre ensuite.
    Ils veulent un über-male-dominant pour les mener à la baguette.
    Un modèle qu’ils pourront copier en leurs qualités de chef de chantier, de service ou de gare.
    La discussion ? la consultation ? la négociation ? Des histoires de tarlouzes.
    Ils gagnent de quoi s’endormir entre quatre murs et sous une dizaines de tuiles payés sur 30 ans.
    Ils ont de quoi emmener bobone au resto de temps en temps et donc se sentent autoriser à embrasser les problèmes et la terminologie des ploutocrates.
    L’aristocratie de Neuilly pouffe de rire en constatant que son mode de vie décadent est soutenu par une armée de cons et de cocus.
    Une jolie p’tite armée bien coiffée, bien parfumée, le doigt sur la couture du pantalon.
    Exercice de terrain ! En avant… Marche !
    Sus aux Roms ! Ils se permettent de ne pas savoir ce qu’est un badgeuse et nous narguent avec de la braise dans le regard.
    Ce guichetier de la Poste échange une blague avec ses collègues plutôt que de me servir !
    Ces vieux arabes au titre de séjour incertain noient leur oisiveté et le souvenir d’une vie de chantier dans un thé à la menthe siroté en terrasse !
    Ces jeunes branleurs jouent de la guitare vautrés sur la pelouse… et pourquoi qu’elle est verte la pelouse du parc hein ? Ce s’rait pas grâce à mes impôts par hasard hein ?

    Soyons respectueux de nous-même : qu’il parte !

  6. Quel subjectivité ! J’aurais mieux aimé des arguments sérieux. On verra le 6 mai au soir ce que le peuple libre de France aura porté au pouvoir.

  7. Ping : Mélenchon à la Bastille : un parfum de front populaire … en photos « Ze Rédac

  8. Ping : Royal de combat et d’idées « Ze Rédac

  9. Ping : François Hollande a-t-il fait le plus difficile ? « Ze Rédac

  10. Ping : Sarkozy et les affaires : l’omerta rompue par Royal « Ze Rédac

  11. Ping : Royal / Sarkozy : la bataille sur twitter « Ze Rédac

  12. Ping : Tuerie de Toulouse : l’ombre de 2002 « Ze Rédac

  13. Bravo!

    En fait Hollande contre Sarkozy, à vous lire, c’est le Bien contre le Mal, la Lumière face aux Ténèbres, la justice face à la barbarie, la civilisation face au chaos, le paradis contre l’enfer!!

    Bravo, vraiment, magnifique, époustouflant…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s