Sondage : “Courbes croisées mais défaite assurée” 12

Par Lautréamont

Nicolas Sarkozy à Villepinte, dimanche 11 mars 2012.

Nicolas Sarkozy à Villepinte, dimanche 11 mars 2012.

Depuis le temps qu’ils l’attendaient, ce sondage. Qu’ils en rêvaient. Qu’ils l’espéraient. Enfin Nicolas Sarkozy passe devant François Hollande au premier tour. Enfin, et voilà que l’extase mystique saisit les troupes de l’UMP. Parce qu’une dizaine de personnes ont changé d’avis en quelques jours et rechargeront probablement d’avis dans quelques jours.

Ils le tiennent, leur talisman, leur gri-gri, leur corde de rappel. Sarkozy en tête au premier tour d’un point et demi.

Mais ce que la droite oublie de dire est assez limpide :

– François hollande à 27%, ce serait déjà un score historique pour un candidat socialiste.

– Au second tour, Nicolas Sarkozy est largement battu avec 10 points d’écart.

Clairement, Sarkozy n’a toujours pas réussi à résoudre son équation personnelle. Il a consolidé son premier tour en grappillant ces quelques points sur le Pen qui lui permettent de donner l’illusion d’optique d’un élan mais il ne parvient pas à empêcher que ce second tour ne se transforme en référendum pour ou contre Nicolas Sarkozy.

Voilà son problème. Et en ayant durci à ce point son discours, en l’ayant droitisté à ce point pour s’éviter un 21 avril à l’envers, on ne voit pas comment il peut rétro-pédaler dans l’entre deux tours pour convertir les humanistes, les centristes, les indécis modérés, ce qui compose le marais électoral. Comment pourra-t-il les convaincre en si peu de temps qu’il gouvernera au centre tout en durcissant suffisamment pour convaincre l’extrême droite qu’il gouvernera à l’ultra-droite.

Alors Nicolas Sarkozy peut bien passer devant François Hollande au premier tour.

Les courbes peuvent bien se croiser au premier tour. Ça ne change rien au résultat final du 6 mai. Et pour le moment les sondages accordent la victoire sans appel à François Hollande.

On ne finira probablement pas à 55% car les écarts vont se resserrer, et c’est normal sur un scrutin pareil. Mais on ne voit pas en l’état actuel comment Nicolas Sarkozy peut sortir de l’ornière dans laquelle ses divagations d’ultra-droite l’ont conduit.

Il est dans la seringue. Il peut se réjouir d’être remonté un peu mais nous rappelons qu’arriver en tête d’un premier tour ne garantit pas l’élection. En 1995, Jospin est arrivé en tête mais il ne fut pas élu.

La présidentielle n’échappe jamais à la règle d’un premier tour fort et clivant. On rassemble d’abord sa propre famille. C’est fait pour les deux candidats. Et d’un second tour qui élargit. Dans ce domaine, Nicolas Sarkozy a brûlé ses cartouches, englué qu’il est dans son bilan et ses outrances idéologiques. François Hollande, lui, récoltera probablement les fruits de son tempérament et sa stratégie prudente et consensuelle.

En revanche ce sondage à une vertu : empêcher le camp socialiste de s’endormir sur ses lauriers. Il multiplie depuis quelques jours des petites fautes qui par jour de pluie, pourrait coûter cher : voyage à Varsovie mal préparé, discours qui n’impriment pas sur les outre-mers ou sur la Défense. À charge pour François Hollande de monter un peu en puissance. Suffisamment pour ne pas laisser respirer Sarkozy. Mais pas trop pour ne pas effrayer cette frange de l’opinion qui aspire à la paix , au pragmatisme et à la simplicité, apres 5 ans de règne convulsif et brutal.


A Lire Aussi :

– Et pendant ce temps, Ségolène tweete par Matrix

– Sarkozy sur TF1 : Torgnoles et pinocchiades par Dante

– Quand Nicolas saborde Sarkozy par Miyazawa 

– Après Villepinte, éloge du candidat normal par Renaudot

– Villepinte : la magie du premier rang par RichardTrois

12 Commentaires

  1. J’entends que ce qu’a fait notre super-président, pendant ces 5 ans était PARFAIT.
    Bien sûr PARFAIT. Et la marmotte, elle met le chocolat dans le papier d’alu !!!
    On prend VRAIMENT les français pour des décérébrés !
    On a eu hier sur TF1 un discours de guerre, désolée, mais ces propositions ne m’intéressent pas, je ne suis en guerre contre personne, et, SURTOUT, je ne pense pas que les problèmes que nous rencontrons à l’heure actuelle viennent des étrangers pour lesquels il faudrait reconstruire les frontières.
    LES PROBLEMES, ce sont les politiques, avec leur regard braqué uniquement sur leur nombril et un amour de la France plus que discutable.
    Je suis fière de mes racines, de ma patrie, terre des Droits de l’Homme, mes ancêtres étaient cultivateurs, instituteurs, couturières, douaniers (hé oui !), ouvriers, professeurs ou encore bien d’autres « petits » métiers et qui ont au même titre que tous les autres contribué à construire la France et en faire ce qu’elle est.
    C’est la population entière qui est la maitresse de son destin et pas une poignée de politiques qui ne voit, pour la majorité, QUE son petit confort personnel et surtout recherche à tout prix le POUVOIR.
    La conquête de celui-ci est vraiment son principal objectif, et depuis toujours; mais elle oublie une chose cette poignée de politiques, c’est que le pouvoir, c’est le peuple qui lui donne !
    Ahh, non ! Elle ne l’oublie pas toujours: lors des élections, d’un coup, nous l’avons qui revient nous faire des tas de promesses, nous brosser dans le sens du poil, et plus fort encore, nous monter les uns contre les autres (diviser pour régner – Divide et impera – çà ne date pas d’hier !).
    Le peuple sera-t-il assez fort pour ne pas se laisser embobiner par les mensonges, les nouvelles promesses jamais tenues, hélas j’en doute, surtout parce que notre candidat idéal, celui qui penserait « peuple » (pas le populiste, rien à voir, hein!) avant de penser « moi » n’est toujours pas là !
    Utopiste, moi, effectivement, plus l’âge avance, plus je doute, mais bon, peut-être un jour….

    • Combien de personnes avez-vous visité dans votre quartier? Merci de votre soutien
      Aucune raison d’avoir peur. A la condition de ne pas regarder le match à la télé. Mais d’aller dans son quartier.

  2. Si je partage une très grande partie de ce billet, un petit bémol : Jospin a été en tête du 1er tour en 95, mais Balladur et Chirac étaient deux candidats de droite et la somme de leurs scores était supérieur à celui de Jospin, ce qui s’est vérifié au 2ème tour quand la droite s’est ressoudée.

  3. Après avoir inventé le gouvernement d’ouverture, qui provoqua une dislocation terrible de la gauche française, Sarkozy pratique désormais la campagne d’ouverture allant jusqu’à prendre les idées de Mélenchon. Objectif : se faire passer comme plus à gauche que Hollande tout en brassant les voix de l’extrême droite. Une nouvelle fois, Sarkozy veut semer le trouble dans les consciences.

    On voudrait le prendre au piège en lui reprochant les promesses non tenues, mais Nicolas Sarkozy n’est pas un homme qui craint son bilan.

    Comment peut-on imaginer qu’un homme donné pour mort en 1995 après avoir trahis le puissant clan Chirac et qui malgré ce passif est parvenu à reprendre la tête du parti de droite, puis de la Présidence de la République française, puis-ce un seul instant être déstabiliser par les reproches à son encontre ?

    Les sondages le prouvent, il suffit que Sarkozy élève un peu la voix pour que sa côte mette en péril la position de leader de François Hollande. Comment expliquer cela ?

    On lui reproche de ne pas respecter ses engagements, mais l’homme a fait carrière ainsi et ce depuis longtemps. Alors en quoi de telles offensives à son endroit pourraient le déstabiliser maintenant ?

    Cela ne le déstabilise pas du tout, bien au contraire. Sarkozy puisse dans ses contradictions la parure de l’eternel insoumis, y compris quitte à pousser le vice jusqu’au reniement de lui-même.

    L’attaquer sur son bilan, c’est lui donner l’occasion de se révéler tel qu’il aime se représenter : comme le paria seul contre tous, le révolté, le résistant. « Je vais être critiqué, attaqué, mais je m’en moque, car je dis la vérité. » disait-il à Villepinte. Cette phrase résume bien cette posture de l’insurgé qu’il se fabrique continuellement au fil de ses actions compulsives, incohérentes et contradictoires. Il y puisse une énergie dévastatrice. Son complexe d’infériorité, son parcours scolaire médiocre, lui qui n’a pas fait l’ENA, qui ne fait pas partie des cercles des intellectuelles parisiens, qui a souffert d’un père flambeur et absent… C’est dans l’amertume, la frustration et la rancune que Sarkozy a bâti son projet de vie et sa réussite… Comme s’il s’agissait pour lui d’une affaire personnelle. C’est pourquoi il sait si bien endosser ce rôle de petit garçon en mal d’amour, usant de la rhétorique de l’émotion (le « Aidez-moi ! » ou l’annonce de son souhait de quitter la vie politique s’il n’est pas élu), qui semble toucher un électorat populaire au point de les empêcher d’accéder à toutes formes de discernements, prenant pour vérité ce qui n’est qu’idéologie.

    François Hollande doit prendre garde à ne pas alimenter cette névrose sarkozyste en se rappelant de cette phrase prononcée par François Mitterrand « On ne peut rien contre la volonté d’un homme. ». En effet, la campagne, sous la Vème république, doit être l’affrontement des volontés personnelles et des idéologies. C’est d’ailleurs quand François Hollande a cessé de parler de lui pour à nouveau critiquer Sarkozy que ce dernier a progressé dans les intentions de vote.
    Il y a une contradiction quand on est un homme de Gauche de sans cesse reprocher à un homme de Droite de ne pas avoir tenu ses promesses. C’est donner un peu trop d’importance au programme du camp opposé, et par conséquent de faire de l’ombre à soi-même. Critiquer le bilan de son adversaire, cela revient à perdre le terrain de l’idéologie, au risque d’entraîner le pays dans une nouvelle crise politique dans laquelle l’extrême droite, toujours elle, creuse son sillon, et Sarkozy avec…

  4. Ping : Sondages : la Bataille du vrai et du vraisemblable commence « Ze Rédac

  5. Ping : Les riches trahis par Sarkozy ? Même pas en rêve … « Ze Rédac

  6. Ping : Sondages : ça s’en va et ça revient « Ze Rédac

  7. Si je ne me trompe pas ce sondage a été fait par l’IFOP. Ce n’est pas une certaine Mme PARIZOT qui en est l’actionnaire tout en étant la patronne du MEDEF ? Suis-je la seule à m’en étonner ? et ce sondage parait dans Match, là aussi une coïncidence ? C’est peut-être tout simplement l’application de la méthode Couë ! Ben c’est raté !

  8. Ping : Le Poison Buisson « Ze Rédac

  9. Ping : Le Pen qualifié : ça se corse pour Sarkozy « Ze Rédac

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s