Sarkozy : la défaite dans les têtes et dans les mots 5

par Dante

Il y a ce que l’on montre… Et il y a ce que l’on croit profondément.

Dans ce domaine, Henri Guaino ce matin n’aura pas fait mentir le sentiment de défaite qui s’est installé dans le camp présidentiel.

Dans une interview au Parisien, il déclare  » je ne suis ni pessimiste ni optimiste mais combatif  « . Comment peut-on s’exprimer ainsi, même lorsqu’on est challenger si l’on y croit encore.

Une logique de victoire ferait dire à n’importe quel conseiller spécial  » certes, nous sommes en retard dans les sondages mais les sondages ne font pas l’élection et sur le terrain notre campagne marche très bien. Nicolas va renverser la situation « , ça, c’est un moral de vainqueur, de performer. Ça ce sont des mots d’espoirs et de combat. Dire qu’on n’est pas optimiste, même avec l’enrobage, c’est valider un peu plus encore qu’on a déjà perdu.  » à 45 % ou 48% « , s’interrogent à cœur ouvert et devant certains journalistes les barons de l’UMP. Quand on en est là…

Même Patrick Devedjian, président du conseil général des Hauts-de-Seine, dessine le futur de l’après-défaite de Nicolas Sarkozy, en s’inspirant de l’échec de Jacques Chirac en 1988 :
« Sa stratégie sera de se mettre en retrait quelques mois puis de se relancer par une candidature aux municipales à Paris en 2014. Il se fait élire maire de Paris et revient ainsi dans la course à la présidentielle en 2017 » a-t-il déclaré ce matin au JDD.

Mais les déclarations d’Henri Guaino et de Patrick Devedjian sont dans le droit fil de toutes les expressions entendues cette semaine.

À commencer par Nicolas Sarkozy lui-même, qui dans un élan de sincérité double d’un petit calcul de com’, déclaré sur RMC  » si je perds, j’arrête la politique  » venant du chef, ça fait quand même froid dans le dos pour les lieutenants.

Jamais François Mitterrand n’a entériné une défaite, jamais Ségolène Royal n’a donné, en 2007, le sentiment de baisser la garde. Cela s’appelle combattre.

À l’UMP, on ne combat plus vraiment.

Autre preuve d’une défaite annoncée, la mise en orbite par Alain Juppé, d’Alain Juppé Pour diriger l’UMP après… Après quoi ? La défaite et le risque d’implosion du parti présidentiel. On sait à quel point la droite française, comme la gauche d’ailleurs, peut être la plus bête du monde.

Qu’une des pièces clé de la campagne, Juppé, se projette déjà pour dit-il préserver l’unité du parti, signe aussi l’esprit perdant-perdant du camp Sarkozy.

Ne parlons même pas de Copé qui a l’intuition que Sarkozy va gagner… Intuition n’est pas conviction.

Ce vocabulaire, ces phrases en disent plus long que les plus longs discours.

À droite on se prépare à la défaite même si on veut vendre chèrement la tête du président à coup de polémique d’excès probables et de coups de boutoirs.

Mais il ne suffira pas de mettre 50.000 personnes applaudissant à Villepinte un discours qui, n’en doutons pas sera combatif, pour inverser les tendances.

Nicolas Sarkozy est sur le toboggan. Une longue glissade qu’aucune mise en scène, aussi brillante soit elle, ne semble pouvoir interrompre.


A Lire Aussi :

Les Boulets de Sarkozy par Lautréamont

– Rama Yade tue le père par Hemingway

– Juppé, Fillon, Copé : 3 prétendants pour un parti malade par RichardTrois

– Villepinte : Sarkozy face à son impasse idéologique par Dante

5 Commentaires

  1. Ping : Villepinte : Le rendez vous raté de Sarkozy « Ze Rédac

  2. Ping : Sarkozy à Villepinte : le surhomme qui ne peut pas tout « Ze Rédac

  3. Ping : Villepinte : ordre, contrordre, désordre « Ze Rédac

  4. Ping : Villepinte : la magie du premier rang « Ze Rédac

  5. Ping : Après Villepinte, éloge du candidat normal « Ze Rédac

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s