De Bayonne à Bruxelles, Sarkozy ne parvient pas à « perturber » Hollande 5

Par RichardTrois

François Hollande au stade Gerland à Lyon - cc Benjamin Géminel

Quelle journée de campagne hallucinante que ce Jeudi 1er Mars 2012 !
Qu’en restera-t-il dans l’esprit des Français ceux qui sont loin d’être immergés 24h / 24h dans la campagne présidentielle, ceux qui regardent de loin les candidats?

A gros traits, un candidat conspué, hué à Bayonne, qui se réfugie dans sa position de président à Bruxelles pour tenter de rejeter la faute sur l’adversaire politique No 1, François Hollande carrément accusé de complicité avec ETA : « Si les militants socialistes s’associent à des gens de l’ETA pour des manifestations violentes, cela ne va pas » !

Une défense fermée, outrancière de Nicolas Sarkozy qui va jusqu’à déraper gravement en lançant : « Hollande a annoncé l’épuration (…) forcément ça échauffe les esprits » !
L’épuration, rien de moins que de renvoyer François Hollande aux exactions de la seconde guerre mondiale et aux morts qui suivirent la Libération, comme si les mots n’avaient plus de sens. Pourquoi ne pas alerter les Français sur les chars basques ou corréziens qui ne manqueraient pas d’envahirent les Champs-Elysées en cas de victoire socialiste ?

Et un président-candidat qui en une journée est réapparu comme le défenseur de la richesse indécente et dont les propositions sur l’école tombent à plat et sont rejetées par une majorité de Français. Bref un candidat dont le discours est pour le moins  « perturbé » …

Une journée atroce pour Nicolas Sarkozy à peine sauvée par l’heureuse nouvelle de l’exfiltration réussie d’Edith Bouvier et de William Daniels, la joie sincère qui émanait de l’annonce très présidentielle faite à Bruxelles.

Et face à ce candidat-président pour le moins « perturbé ». Un François Hollande imperturbable. En meeting à Lyon, devant 10000 personnes réunies, François Hollande traçait a de nouveau son chemin vers l’Elysée, en plaçant cette longue marche sous le sceau de la cohésion, un mot prononcé pas moins de 14 fois au cours de son discours. En appelant au patriotisme, y compris les dirigeants aux « rémunérations indécentes, excessives ». En prenant de la hauteur : « Mon projet, c’est la France réconciliée. Oui, réconciliée ! ».

Et l’effet de contraste jouait à plein, avec un Nicolas Sarkozy conspué à Bayonne, renvoyé à la division, à l’affrontement.

Nicolas Sarkozy est dans un piège infernal. Au cours des 3 dernières années, il a tenté de se présidentialiser. Il a effectivement pris de l’épaisseur sinon de la hauteur. Pourtant son choix de l’offensive à tout crin et son tempérament, son instinct, son outrance qui reprennent le dessus, le mettent en porte-à-faux avec cette image présidentielle qu’il donnait à voir à Bruxelles. Docteur Nicolas et Mister Sarkozy pour paraphraser une pauvre hihiriposte de l’UMP face à François Hollande.

Et il faut bien constater que Nicolas Sarkozy ne parvient pas à faire dérailler François Hollande, ne parvient pas à le faire dévier de sa route. Pire, il paraît lui-même surpris. Surpris par l’initiative de François Hollande sur la taxation à 75% des revenus indécents, surpris par huées de Bayonne. Et Nicolas Sarkozy apparaît lui-même comme très peu surprenant. Dans son comportement, son agressivité. Mais aussi en quand le candidat de 2012 reprend un à un, comme des doudous ses thèmes de campagne de 2007, ceux-là même qui donnent des boutons aux Français. « Travailler plus pour gagner plus » qu’il disait et dit à nouveau.

C’est à l’aune de cette impuissance qu’il faut juger la violence et la tension toujours plus grande que Nicolas Sarkozy imprime à cette campagne. Une tension qui par effet de contraste finit par renforcer la force tranquille que dégage François Hollande.


A Lire Aussi :

– Sarkozy à Bayonne : fiasco et stratégie de la tension par Dante

– Débandade à l’UMP : les mots pour le dire ! par Arsinoé

– Les leçons d’amateurisme de “Battling Sarkozy” par Belle-Amie

– La chute de la Maison Sarkozy par Le Troubadour

5 Commentaires

  1. Ping : De Bayonne à Bruxelles, Sarkozy ne parvient pas à “perturber” Hollande « gauche2012

  2. Ping : Sarkozy en campagne : du risque d’être challenger « Ze Rédac

  3. Ping : Féria de Bayonne : du bon usage des élus dans une campagne ! « Ze Rédac

  4. Ping : L’extrême droite à pas de Guéant « Ze Rédac

  5. Ping : Chéri, j’ai la migraine ! « Ze Rédac

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s