Borloo-Veolia ou quand Sarkozy et le clan du Fouquet’s indisposent même à droite … 6

Par Belle-Amie

J-L. Borloo en 2008 ministre de l'environnement - cc WWF-France

Borloo-Veolia, l’affaire dévoilée par Libération et Les Echos ce dimanche soir est sacré morceau. Pas seulement parce qu’elle plombe le départ en campagne du « candidat du peuple » soudain redevenu celui du Fouquet’s ou bien des conseils d’administration selon la déclaration de François Hollande. Cette nouvelle affaire du règne finissant de Nicolas Sarkozy est énorme tout simplement parce qu’elle est doublement révélatrice. Révélatrice d’un état d’esprit chez nombre de dirigeants d’entreprise, grands et petits mais aussi chez de nombreux hommes et de femmes politiques à droite.

Ainsi Jean-Louis Borloo devait tout simplement venir s’installer à la tête de l’une des plus grandes et plus puissantes entreprise de France, à la faveur d’un putsch préparé par Henri Proglio, président d’EDF et ancien président avec l’assentiment voire la complicité de Nicolas Sarkozy. Et voilà que tout foire.

Selon Jean-Louis Borloo cité par MediaPart et pour paraphraser Gravroche, c’est la faute à Minc.

Le conseiller de Nicolas Sarkozy, Alain Minc aurait donc balancé le jour même du premier grand meeting du président-candidat cette petite bombe ? Que cela soit vrai ou pas peu importe qui signe le crime de lèse-Sarkozy. Le fait est que Nicolas Sarkozy et le clan du Fouquet’s non seulement n’inspirent plus la peur et mais indisposent même à droite. Oui, nombreux sont ceux qui un temps plus ou moins proches de Nicolas Sarkozy ne supportent plus la mainmise du clan du Fouquet’s sur la vie économique du pays ou tout au moins sont déjà dans l’après. Ce clan qui par exemple a tout fait pour retarder l’ouverture du marché des mobiles à plus de concurrence ou bloque l’émergence de filières économiques entières pour satisfaire les appétits des dineurs du Fouquet’s. Ils sont nombreux ceux qui ont pâti de ces mainmises.

Tous ceux là ont déjà tourné la page du Sarkozysme.

Cette affaire Borloo-Veolia révèle donc au grand jour cet état d’esprit, que les adeptes du site de micro-blogging Twitter ont baptisé UMPPanique. Cela n’est pas nouveau, Le Monde décrivait déjà, il y a 15 jours, comment autour de M. Sarkozy, les « prisonniers volontaires » de l’Elysée cherchent à se recaser, d’urgence. Jusqu’à Xavier Musca, le secrétaire général de l’Elysée et ancien directeur du Trésor qui briguait la direction générale de la Caisse des dépôts et consignations, vacante en mars mais a dû faire une croix sur cette nomination-exfiltration devant la levée de boucliers qu’elle suscitait. Une levée de bouclier là encore significative.

Bien sûr, le mur de l’argent s’accroche toujours à l’espoir que son meilleur défenseur depuis des décennies reste au pouvoir. Mais il ne faut pas être grand clair pour constater que les meilleurs Sarkozystes ne se font guère d’illusions. Ce matin, le ministre de la Culture et de la Communication, Frédéric Mitterrand, lui-même, a évoqué  sur France Inter la victoire de la Gauche et le fait que celle-ci reviendrait sur hadopi. Une étonnante manière de faire campagne pour le gouvernement qui « l’emploie » selon sa propre expression. Quel enthousiasme !

Il est vrai que les sondages tombent les uns après les autres qui ne montrent guère d’enthousiasme pour la fracassante entrée en campagne de Nicolas Sarkozy. Peut être les Français perçoivent-ils ce que la candidature de Nicolas Sarkozy a d’artificiel comme la qualifiait très justement Ségolène Royal ce matin depuis La Rochelle.

Sa « campagne pestilentielle » lui évitera peut être l’élimination honteuse au premier tour mais restera le déshonneur d’avoir amené ce qui était la droite républicaine sur le terrain nauséabond de l’extrême-droite.

Je vais vous révéler un secret, mon directeur financier, ici on dit CFO, pour Chief Financial Officer, comme ma femme de ménage s’apprêtent tous deux à voter François Hollande au premier tour. Un vrai rassemblement. L’UMP a raison de paniquer.

Sources : MediaPart, Libération, LeMonde, Blog A. Leparmentier.

Photo CC WWF France


A Lire Aussi :

– Nathalie Kosciusko-Morizet gagne haut la main le « concours de lâcheté et d’inélégance » par RichardTrois

– De Le Pen à Sarkozy : une campagne pestilentielle par Miyazawa

– Peuple contre élites : décryptage de la « sarkophrénie »  par Saint-Simon

6 Commentaires

  1. Ping : De Rungis à La Rochelle : l’Indécence de Nicolas Sarkozy « Ze Rédac

  2. Par pitié ! Attentiion à la syntaxe, aux fautes !!! nous sommes socialistes pas ignares; Je remarque depuis plusieurs jours dans vos différents articles des fautes de plus en plus nombreuses…un exemple : au début l’oubli d’un article : le candidat DU Fouquet’s pas « le candidat Fouquet’s » etc…

  3. Ping : Sarkozy vs Hollande : Et si le courage consistait simplement à faire ce qui est juste ? « Ze Rédac

  4. Ping : Descendre dans l’arène avec Sarkozy « Ze Rédac

  5. Ping : Un sarkozy en campagne, ça ose tout. C’est même à ça qu’on le reconnaît ! « Ze Rédac

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s