Sarkozy Captain « Courage » versus Hollande Captain « Pédalo » Réponse

Par Lautréamont

Le Courage Donne La Force ( UMP )

C’est donc l’arme de guerre dégottée par les conseillers de l’Elysée : le courage . Décliné depuis hier sur un clip de 2 mn, passant tour à tour du Débarquement de Normandie au Tour de France et à André Malraux. Le courage, l’idée est plutôt bonne. Concédons-le . Le clip plutôt bien fait avec en voix off finale, Nicolas Sarkosy himself. Concédons le également.

Le courage, c’est bien la qualité essentielle requise pour diriger un pays dans un monde qui s’effondre d’un côté et grandit trop vite de l’autre.

Le courage de dire non à la voracité financière, non aux injustices sociales, économiques.

Le courage de dire oui aux nouvelles mutations écologiques.

Le courage de s’opposer à tout ce qui rabaissé, avilie, détruit même la dignité humaine.

Oui, le courage comme fer de lance d’une campagne, comme étendard d’un candidat à la présidentielle, voilà une belle idée qui donne le ton d’une campagne dure, très dure car très personnelle.

Tout le monde aura bien compris qu’en mettant en exergue le courage du Président, la droite va taper et taper encore sur la prudence et la synthese du candidat socialiste, François Hollande. On peut donc s’attendre d’ores et déjà à une campagne ad hominem plutôt qu’à une campagne sur les idées.

En ce sens, Nicolas Sarkozy qui connaît ses classiques, reste dans les canons de la présidentielle sous la Vieme : une incarnation avant d’être un programme . Il fait le pari qu’on ne peut pas gagner sans prendre un risque, sans avoir du « courage » , sans se dévoiler et se mettre à nu dans une arènes . C’est la nature sarkozyste, sa façon à lui de conquérir le pouvoir : un combat mano à mano dans lequel justement François Hollande ne veut pas se laisser entraîner.

Mais peut être que Sarkozy se trompe d’époque. Et si cette présidentielle de crise, cette présidentielle d’austérité, cette présidentielle d’une époque cafardeuse faisait exception à la règle. Si le temps, cette fois ci, n’était plus à l’incarnation, la symbolique, la geste présidentielle mais plutôt au pragmatisme , à la raison, à la normalité .

C’est le pari de François hollande et pour l’heure, les sondages semblent lui donner raison.

Voilà pourquoi Nicolas Sarkozy a choisi le courage : une notion qui induit le combat, le risque, la puissance , l’action . Tout ce qu’il tente d’imposer dans l’opinion depuis quelques jours. De ses vraies fausses confidences sur son désir de quitter la vie politique , sous entendu « je jette toutes mes forces dans la bataille, je donne tout dans cette bataille » jusqu’à l’annonce attendue de l’augmentation mi chèvre mi choux de la TVA , sous entendu « élections ou pas, mon devoir est de réformer jusqu’au bout avec courage ».

L’histoire racontée par les scénaristes de l’Elysée commence à prendre corps mais elle est facilement démontable pour deux raisons.

D’abord parce qu’affirmer qu’on est courageux ne signifie pas qu’on l’est. Bien sûr, Sarkozy a été ce jeune député maire qui naguère désamorça « humain bomb » dans une école de Neuilly. Bien sûr il eut le courage de tuer le père pour conquérir son premier mandat de maire puis de défier le chef de l’Etat comme un fils rebelle.

Mais les temps ont changé. Sarkozy s’est empâté. Il a veille sous les ors et les moquettes de l’Elysée. Et depuis quelques années, on voit un homme qui manque de courage physique. Incapable d’affronter les gens. Ses visites sur le terrains sont pathétiques, avec des centre ville vidés, des bataillons entiers de CRS pour assurer sa sécurité . Incapable , Sarkozy de serrer autre chose qu’une main amie.

Ensuite, lorsqu’on est courageux, on se bat vraiment. On n’accepte pas l’inacceptable : la loi des marchés, des agences de notations. On n’encourage pas la loi du plus fort et du plus fortuné. Le courage ne se lève pas sur le yacht de Bollore et ne se couche pas au Fouquet’s.

Ce décalage entre les paroles, courageuses, dues au talent lyrique d’Henri Guaino et les actes politiques, ceux  d’un pleutre, voilà ou le bat blesse et voilà pourquoi la stratégie de communication trouvera sa limite car l’histoire est tout simplement trop invraisemblable.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s